Fusillade en Floride: Les appels glaçants de parents paniqués au 911
Publié

Fusillade en FlorideLes appels glaçants de parents paniqués au 911

La police a publié des enregistrements de conversations entre des opérateurs de la police et des parents paniqués. L'auteur de la fusillade, lui, a été vu en train de rigoler en prison.

par
joc

Depuis son incarcération, le comportement de Nikolas Cruz est scrupuleusement observé. Selon des rapports de la prison de Fort Lauderdale (Floride) qu'ABC News a pu se procurer, l'auteur de la fusillade du lycée de Parkland a été vu à plusieurs reprises en train «de sourire et de rigoler». Des agents ont en outre déclaré que le jeune homme de 19 ans a semblé «éclater de rire» derrière les barreaux le 20 février dernier, soit six jours après le massacre qui a fait 17 morts.

1 / 47
Le policier accusé de passivité lors de la fusillade du lycée de Parkland, en Floride, a été arrêté mardi pour négligence. (4 juin 2019)

Le policier accusé de passivité lors de la fusillade du lycée de Parkland, en Floride, a été arrêté mardi pour négligence. (4 juin 2019)

AFP
Sydney Aiello, survivante de Parkland rongée par la culpabilité du survivant, selon sa famille, s'est suicidée à 19 ans la semaine dernière. (22 mars 2019)

Sydney Aiello, survivante de Parkland rongée par la culpabilité du survivant, selon sa famille, s'est suicidée à 19 ans la semaine dernière. (22 mars 2019)

AFP
Un hommage aux victimes de la fusillade qui avait fait 17 morts le jour de la Saint Valentin, il y a un an, a été rendu jeudi en Floride. (14 février 2019)

Un hommage aux victimes de la fusillade qui avait fait 17 morts le jour de la Saint Valentin, il y a un an, a été rendu jeudi en Floride. (14 février 2019)

AFP

D'autres rapports d'observation relèvent que Cruz se montre «coopératif» lors de ses interactions avec les officiers, tandis que d'autres documents décrivent le détenu comme «agité» et parfois «plongé dans ses pensées». Gordon Weekes, l'avocat du suspect, a tenu à apporter des nuances à ces informations: «Ce sont des observations d'agents correctionnels et non des impressions cliniques faites par son psychologue traitant ou son psychiatre à la prison. Elles n'offrent pas une vision complète», a-t-il estimé sur CNN.

«La vitre a été brisée sur sa porte... elle ne répond pas aux messages...»

Jeudi, la police du comté de Broward a rendu publics des enregistrements d'appels reçus par le 911. Ces documents permettent de mieux comprendre comme les opérateurs ont oeuvré pour déterminer la localisation du tireur, pendant que des parents paniqués tentaient de relayer les informations transmises par leurs enfants. Ce 14 février, la police a reçu plus de 80 appels en lien avec la fusillade.

Dans plusieurs de ces enregistrements chaotiques, on peut entendre des parents à bout de souffle en train d'essayer de communiquer avec leur progéniture. Certains lisent les messages qu'ils reçoivent depuis le lycée aux opérateurs. Ceux-ci demandent à leurs interlocuteurs dans quelle classe se trouvent leurs enfants, s'ils peuvent entendre des coups de feu, si la police est déjà sur place. L'un des appels dure près de 20 minutes pendant lesquelles une opératrice reste en ligne avec des parents affolés, qui attendent des nouvelles de leur enfant.

«Ma fille vient de m'envoyer un message (...) Elle dit qu'elle est derrière un bureau mais que les coups de feu étaient près d'elle. C'est son anniversaire aujourd'hui... la vitre a été brisée sur sa porte... elle ne répond pas aux messages... nous venons de lui en envoyer quatre à la suite», explique la mère de la lycéenne, qui finit par avoir des nouvelles rassurantes de la jeune fille. Dans un autre enregistrement, on peut entendre un homme parler à un opérateur tandis que son épouse est en contact via haut-parleur avec sa fille cachée dans une salle de classe. «Cache-toi, fais la morte. S'il tire, fais la morte», lui dit-elle.

Ton opinion