Les armes à sous-munitions interdites
Actualisé

Les armes à sous-munitions interdites

Le CICR a salué jeudi l'accord «historique» conclu la veille à Dublin sur un traité interdisant les armes à sous- munitions.

Selon l'organisation, il s'agit d'un progrès majeur pour renforcer la protection des civils.

«Le CICR a été régulièrement le témoin du terrible impact des armes à sous-munitions sur les civils», a déclaré le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Jakob Kellenberger.

«La Convention adoptée à Dublin signifie que ces armes sont non seulement inacceptables moralement, mais aussi désormais illégales en droit international humanitaire. Lorsqu'elle sera appliquée, elle permettra d'éviter de terribles souffrances humaines», a ajouté M. Kellenberger, cité dans un communiqué.

Le CICR demande à tous les Etats d'adhérer au nouveau traité dans un futur proche. Il les invite à renoncer à l'utilisation des armes à sous-munitions interdites par la Convention, qu'ils aient ou non participé à la conférence de Dublin.

La Norvège a également appelé jeudi «le plus grand nombre possible de pays» à se joindre à la centaine d'Etats qui se sont dits prêts à interdire les bombes à sous-munitions (BASM). Oslo a joué un rôle primordial dans ce dossier.

(ats)

Ton opinion