LAUSANNE: Les assassins n'ont pas tenu leur rang
Actualisé

LAUSANNELes assassins n'ont pas tenu leur rang

Attendu en héros, Assassin a plutôt mal visé, vendredi soir au 29e Balélec, en tirant sur la foule.

par
Oliver Dufour

L'événement de la soirée a sans conteste été le retour du mythique combo hip-hop des années 1990, sept ans après le décès de son label. L'ambiance sur la Grande Scène voguait entre la bonne humeur contagieuse de Grand Mother's Funk et l'énergie frénétique des Hurlements d'Léo.

L'arrivée anticipée des rappeurs hexagonaux d'Assassin a pourtant peiné à embraser le public. Au micro, le bedonnant Rockin' Squat, alias Mathias Crochon – frère de Vincent Cassel – dans le civil, a enchaîné sans conviction.

Seule la voix céleste de Lyricson a envoûté la foule. Les tubes que sont «L'Etat assassine» ou «L'odyssée suit son cours» plaisent, mais sont délivrés sans panache. En survêt' rouge, Squat a ri «en voyant ceux qui croient en Obama, une marionnette de plus dans une hypocrisie d'Etat». Les textes, en avance sur leur temps, sonnaient toujours aussi saignants.

La nuit s'est terminée au son du reggae chaloupé de Max Romeo.

Ton opinion