Actualisé 17.05.2016 à 09:55

ThaïlandeLes auteurs de l'attentat à Bangkok devant les juges

Le procès de deux des auteurs présumés de l'attentat à la bombe qui a fait 20 morts et plus de 120 blessés le 17 août dernier s'est ouvert dans la capitale thaïlandaise.

1 / 39
Le procès des deux accusés ouïghours, auteurs de l'attentat de Bangkok, a débuté ce mardi. (15 novembre 2016)

Le procès des deux accusés ouïghours, auteurs de l'attentat de Bangkok, a débuté ce mardi. (15 novembre 2016)

Keystone/archives
Le procès de l'attentat de Bangkok, qui a fait 20 mort en août 2015, a été une nouvelle fois reporté jeudi d'un mois. Le tribunal n'a pas pu fournir de traducteurs compétents pour les deux suspects ouïghours. (Jeudi 15 septembre 2016)

Le procès de l'attentat de Bangkok, qui a fait 20 mort en août 2015, a été une nouvelle fois reporté jeudi d'un mois. Le tribunal n'a pas pu fournir de traducteurs compétents pour les deux suspects ouïghours. (Jeudi 15 septembre 2016)

AFP
La cour militaire qui devait juger ce mardi les deux suspects de l'attentat de Bangkok d'août 2015 a annoncé le report du procès. La raison invoquée est l'absence de traducteur maîtrisant l'ouïghour, langue de cette minorité musulmane turcophone de Chine. (23 août 2016)

La cour militaire qui devait juger ce mardi les deux suspects de l'attentat de Bangkok d'août 2015 a annoncé le report du procès. La raison invoquée est l'absence de traducteur maîtrisant l'ouïghour, langue de cette minorité musulmane turcophone de Chine. (23 août 2016)

Reuters

Les deux accusés du carnage en Thaïlande, qui comparaissent devant un tribunal militaire, sont des musulmans ouïghours venus de Chine.

L'explosion s'est produite dans le sanctuaire hindouiste d'Erawan, très fréquentée par les touristes. Diplomates, experts des questions de sécurité et même certains responsables thaïlandais estiment que l'attaque était liée à l'expulsion vers la Chine d'une centaine d'exilés ouïghours ordonnée le mois précédent par la junte au pouvoir en Thaïlande.

La police thaïlandaise avance pour sa part que l'attentat est le fait d'un réseau criminel de passeurs et de trafiquants d'êtres humains en représailles à une répression menée par les autorités du pays. Les deux accusés clament leur innocence.

Jusqu'en 2017

Plus de 250 témoins pourraient être appelés à la barre par l'accusation et la défense. Le procès devrait durer des mois. Un avocat de la défense a exprimé l'espoir qu'il se termine d'ici la fin de l'année, mais a admis qu'il pourrait se prolonger toute l'année prochaine.

Quinze autres suspects font l'objet de mandats d'arrêt délivrés par la police thaïlandaise. Huit d'entre eux sont des ressortissants turcs ou des résidents en Turquie. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!