Jura: Les auteurs de la fusillade sont des «jeunes bien intégrés»
Publié

JuraLes auteurs de la fusillade sont des «jeunes bien intégrés»

La fusillade qui a fait un blessé grave dimanche dernier à Delémont opposait deux bandes rivales. Placés en détention provisoire, le tireur et le conducteur sont des jeunes naturalisés en fin d’apprentissage.

par
Vincent Donzé
Quatre marquages roses sont visibles sur le bitume à la route de Bâle.

Quatre marquages roses sont visibles sur le bitume à la route de Bâle.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Plusieurs vies gâchées en quatre coups de feu, c’est le bilan de la fusillade qui a opposé deux bandes rivales dimanche dernier à Delémont (JU). Cette nuit-là, la guerre des clans opposait des Kosovars à des Africains. Provocations et affrontements se sont succédé. Aux armes blanches et aux armes factices des uns, deux copains kosovars ont répondu par quatre tirs à balles réelles.

Celui qui a tiré était le passager d’une voiture. Selon «Le Quotidien Jurassien», une balle a touché un belligérant au dos. Ses amis ont cherché du secours en criant «Ouvrez!» À la porte d’une maison à deux logements de la rue du Temple, ils ont demandé de l’eau et un linge. C’est là qu’une partie de leur équipement a été délaissée. Sont mentionnés: une batte de base-ball, un fusil à pompe factice…

Les Africains ont trouvé du secours à la rue du Temple.

Les Africains ont trouvé du secours à la rue du Temple.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Hospitalisé à Bâle, le blessé est hors de danger. Conscient, il a pu parler avec ses proches. Cet épilogue sanglant à des provocations et des bagarres ne fait que des perdants. Arrêté par la police jurassienne, le tireur sera jugé pour tentative de meurtre, une qualification qui peut encore être aggravée. L’arme proviendrait du Kosovo.

Placés en détention provisoire, le tireur et le conducteur sont des jeunes naturalisés en fin d’apprentissage, l’un dans un grand magasin de Delémont, l’autre chez un fabricant horloger de Bienne. «Ces jeunes sont vraiment bien intégrés socialement et n’ont jamais posé de problème», avance une connaissance.

Les occupants de la voiture pourront difficilement prétendre avoir agi en état de légitime défense. Ce règlement de comptes n’a rien à voir avec un trafic de drogue. Les deux clans se font face depuis plusieurs mois. La crainte, à Delémont, c’est une escalade dans la violence animée par un désir de vengeance.

Ton opinion