Actualisé 26.11.2015 à 09:25

Islamisme à Winterthour

«Les autorités ne veulent pas voir le problème»

Les organisations islamiques estiment que les autorités ne prennent pas assez au sérieux le risque représenté par les musulmans radicaux.

de
Pascal Schmuck, Zurich
La mosquée AnNur à Winterthur cristallise les inquiétudes autour de l'islam radical.

La mosquée AnNur à Winterthur cristallise les inquiétudes autour de l'islam radical.

Le Forum pour un islam progressiste ainsi que des organisations islamistes s'inquiètent de la situation à la mosquée AnNur à Winterthour. Ils y voient un signe de la radicalisation qui touche les jeunes, explique le Tages-Anzeiger dans son édition du 26 novembre.

Les organisations islamiques tirent la sonnette d'alarme car elles n'ont pas les moyens de s'occuper des jeunes aspirés par le jihadisme. La situation est ainsi critique aux yeux de Saïda Keller-Messahli, la présidente du Forum. «Nos ressources sont limitées. Nous faisons ce travail à nos frais et durant notre temps libre.» Les demandes de subventions ont toutes été rejetées.

Tensions à Winterthour

Elle appelle les autorités intéressées à se saisir du problème. «Pour les défis dans le monde musulman, il manque soit du savoir-faire, soit une prise de conscience.» Et le cas de Winterthour est typique. «Les autorités ne veulent pas reconnaître qu'il y a un problème avec les musulmans radicaux.» Elle estime que mettre des policiers dans les gares ne résoudra rien.

La ville rétorque qu'elle a organisé récemment une rencontre sur le thème de la radicalisation dans les écoles et que sa police municipale collabore étroitement au niveau de la sécurité avec les instances cantonales et fédérales.

Atef Sahnoun, directeur de la mosquée AnNur, partage les inquiétudes et les critiques de Saïda Keller-Messahli. Il souhaite une aide plus active de la ville. «Les autorités ne se sont pas adressées une seule fois à nous.» Une affirmation qui fait bondir l'adjoint du chef de l'information, Andreas Friolet. «La ville de Winterthour a pris contact par écrit avec les responsables de la mosquée mais elle n'a jamais obtenu ni réponse ni réaction.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!