Actualisé 02.10.2011 à 09:14

Syrie

Les autorités ont repris le contrôle de Rastan

L'agence officielle de presse SANA a annoncé le rétablissement de l'ordre et le retour à la normale à Rastan, où des affrontements opposent l'armée à des déserteurs.

Le directeur de l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme, Rami Abdul-Rahman, avait fait état samedi du déploiement des forces syriennes dans la ville après le retrait des déserteurs. Les communications téléphoniques étaient coupées à Rastan, rendant impossible d'avoir des informations d'habitants. Certains axes routiers de la région, comme l'autoroute entre Homs (centre) et Alep (nord) sont fermés depuis plusieurs jours.

Les combats à Rastan, parmi les plus violents depuis le début du mouvement de constestation contre le régime du président Bachar el-Assad à la mi-mars, ont débuté mardi par un assaut des forces syriennes, appuyées par des blindés.

Nombreuses défections

La ville, d'où sont originaires de nombreuses recrues sunnites de l'armée, a enregistré un nombre important de défections de soldats. Selon un militant des droits de l'homme s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, environ 2.000 militaires ayant fait défection se battaient à Rastan et dans la ville voisine de Talbiseh, ainsi que dans la région de Jabal al-Zaouiyah, située dans la province d'Idlib (nord).

L'agence officielle SANA, reprenant la terminologie officielle du régime, a parlé de «groupes terroristes armés» et non de déserteurs. Selon les Nations unies, quelque 2.700 civils ont été tués par les forces syriennes depuis la mi-mars. Une répression dénoncée par les Américains et les Européens, qui ont adopté des sanctions contre Damas. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!