Paris: Les autorités signent l'accord pour le CEVA
Actualisé

ParisLes autorités signent l'accord pour le CEVA

Une convention a été signée mercredi entre la France et la Suisse pour la modernisation et l'exploitation de la ligne ferroviaire, qui reliera Genève à Annemasse (F) dès 2017.

Doris Leuthard et Frédéric Cuvilier ont signé la convention mercredi.

Doris Leuthard et Frédéric Cuvilier ont signé la convention mercredi.

La ministre des transports Doris Leuthard et son homologue français Frédéric Cuvillier ont signé mercredi la convention franco-suisse pour la ligne ferroviaire Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse (CEVA).

Le tronçon sera mis en service fin 2017. Un accord similaire pourrait être signé pour la ligne Delle-Belfort d'ici la fin de cette année.

«Il s'agit véritablement d'un accord historique, car les bases légales de la convention ont commencé à être négociées en 1881!», a plaisanté Mme Leuthard lors d'une conférence de presse à l'ambassade de Suisse. Cet accord permettra de relier les réseaux ferroviaires suisse et français à partir de 2017.

Long de près de 15 kilomètres, dont 1,8 seulement en territoire français, ce raccordement coûtera 1,95 milliard de francs suisses. La participation helvétique s'élèvera à près de 1,6 milliard pour la construction d'une ligne qui réduira à vingt minutes le temps de parcours entre Annemasse et Cornavin. Le 55% sera à la charge de la Confédération et le 45% restant pour le canton de Genève.

Quelque 20 millions investis en France

Ce montant inclut près de 20 millions de francs suisses pour mettre sur pied un système CFF d'électrification sur une ligne réservée aux trains helvétiques. «Il s'agit d'un montant qui sera investi sur territoire français, mais dans l'intérêt de la Suisse», a souligné Mme Leuthard. Les trains suisses pourront ainsi circuler jusqu'en France.

Le CEVA est le maillon manquant du RER franco-valdo-genevois (RER FVG), qui disposera d'un réseau de 230 km. Cette convention aurait dû être signée à la fin de l'année dernière, mais l'UE a tardé plus de temps que prévu pour donner son feu vert, a expliqué la conseillère fédérale. La ligne du CEVA (Genève-Annemasse) bénéficiera de six trains par heure, sept jours sur sept.

«Il s'agit d'un accord important pour une région qui connaît une croissance assez élevée et qui va se poursuivre», a souligné la conseillère fédérale. «Avec ce réseau ferroviaire, nous disposerons d'une offre de transport pour un bassin d'un million de personnes, mais aussi pour l'économie, pour le tourisme et les conférences de la Genève internationale», a-t-elle ajoutée.

France: début des travaux en 2015

Côté français, M. Cuvillier s'est également félicité de la signature de cette convention. «Les travaux qui ont déjà démarré en Suisse, débuteront en France au début de l'année prochaine», a-t-il affirmé dans un communiqué.

«L'objectif est une mise en service concomitante à la fin de l'année 2017», a-t-il assuré. Pour Mme Leuthard, il s'agit désormais de lancer dès cet été ou cet automne l'appel d'offres pour le matériel roulant. «Ce processus doit être fait selon les règles de l'OMC», a affirmé la conseillère fédérale qui espère qu'il ne sera pas influencé «par des intérêts particuliers, industriels ou nationalistes».

Relier le Jura

La conseillère fédérale et M. Cuvillier ont également parlé de la ligne Delle-Belfort, qui doit permettre de relier le canton du Jura au TGV Rhin-Rhône. «Nous voulons tous les deux que les négociations actuelles aboutissent cette année pour que l'on signe l'accord en 2014», a-t-elle affirmé.

Ce tronçon devrait entrer en service à fin 2016. «Un objectif ambitieux», a souligné la conseillère fédérale. Elle espère que les deux pays parviennent ensuite à obtenir le feu vert de Bruxelles plus rapidement que pour la ligne CEVA.

(ats/afp)

Ton opinion