Liga: Les autorités viennent au secours de Valence
Actualisé

LigaLes autorités viennent au secours de Valence

La région autonome de Valence va devoir prendre en charge une partie de la dette du club du Valence CF envers la banque espagnole Bankia, a confirmé la Generalitat de Valence lundi.

Pas de quoi sauter de joie du côté de Valence.

Pas de quoi sauter de joie du côté de Valence.

La région, qui s'était portée garante en 2011 d'un prêt de 86 millions d'euros de Bankia à la Fondation du club de Valence, actionnaire du club, négocie avec la banque pour «différer le paiement» de cette somme, a ajouté un membre du service de presse de la Generalitat.

Après s'être portée garante via l'Institut valencien de finances (IVF) d'un prêt en 2011, la Generalitat est tenue de prendre en charge cette dette, si le club ne peut pas la rembourser.

Vendredi, le vice-président de la Generalitat José Ciscar avait alerté de la possibilité que la région doive prendre en charge la dette contractée par la Fondation du club de Valence, que celle-ci a déclaré ne pas pouvoir payer.

«Nous avons appris la démission du président de la Fondation du club et aussi que celle-ci ne pouvait faire face aux prêts bancaires contractés. Si cela se produit, la région négociera avec Bankia pour ne pas avoir à débourser la somme de manière immédiate», avait annoncé M. Ciscar.

Actionnaire majoritaire

Si la région prenait effectivement en charge la dette du Valence CF, elle deviendrait de facto actionnaire majoritaire du club.

«Si la Generalitat devient effectivement l'actionnaire majoritaire, cela ne veut pas dire que nous interviendrons dans la direction du club. Notre fonction n'est pas de diriger des clubs de foot», avait toutefois précisé M. Ciscar.

Selon le journal «El Pais», la région de Valence, garante pour d'autres clubs de deuxième division, devrait également prendre en charge 18 millions d'euros de dettes du Hercules Alicante et 14 millions de l'Elche CF.

Au total, la Generalitat de Valence devrait avoir à éponger 118 millions d'euros. (afp)

Ton opinion