Actualisé 22.05.2018 à 14:42

Hooliganisme à Bâle«Les autos des Zurichois ont été fracassées»

Des affrontements entre supporteurs ont eu lieu, samedi, près du Parc Saint-Jacques à Bâle. Des vidéos montrent la violence des débordements.

par
20 Minuten/ofu

Une baston géante impliquant une nonantaine de hooligans a éclaté, samedi soir, non loin du Parc Saint-Jacques à Bâle.

Une trentaine de Bâlois étaient en train de repeindre des pylônes d'un pont autoroutier quand, aux environs de 23h, ils ont été «rejoints» par un groupe d'environ 60 personnes, probablement des hooligans zurichois, soutenus par des ultras allemands de Karlsruhe.

Il s'enfuit en faisant une marche arrière

Les deux groupements se sont par la suite livrés à une violente bataille en pleine rue. L'affrontement a été filmé par divers témoins. Sur les vidéos, on voit les ultras s'attaquer à plusieurs voitures. Certaines n'ayant rien à voir avec eux. Un enregistrement montre par ailleurs comment les hooligans s'en prennent violemment à une Jeep noire. À un moment, ils essaient même de tirer le conducteur hors de son véhicule. L'automobiliste a finalement réussi à s'enfuir en faisant une marche arrière, écrivent nos confrères de «20 Minuten».

Selon les informations de nos collègues alémaniques, les occupants de la Jeep étaient probablement des hooligans zurichois en train de fuir leurs adversaires bâlois. C'est ce qui ressort de plusieurs publications sur Facebook dans des groupes d'ultras bâlois. «Les voitures des Zurichois ont été fracassées. Paniqués, ils se sont enfuis en fonçant sur des gens», écrit un internaute sur le réseau social.

Enquête en cours

Contactée, la police explique avoir été présente en nombre ce soir-là. Elle a momentanément interpellé deux Allemands de 23 et de 29 ans. Au total, quatorze personnes ont été contrôlées. Il s'agit, outre les Allemands, de neuf Suisses, âgés de 20 à 35 ans, de deux Italiens, de 30 et 34 ans ainsi que d'un ressortissant du Salvador, âgé de 24 ans. Une enquête a été ouverte pour rixe.

Interrogé lundi, le porte-parole du Ministère public bâlois, René Gsell, explique que l'enquête devra déterminer l'identité des ultras que l'on voit s'affronter sur les vidéos. Pour l'instant, on ignore combien de personnes ont été blessées. Selon le Ministère public, plusieurs individus impliqués se sont rendus par leurs propres moyens à l'hôpital.

Des élus veulent serrer la vis

Marre des hooligans qui endommagent les infrastructures publiques et gênent la population: une interpellation socialiste déposée mardi au Grand Conseil vaudois demande notamment au Conseil d'Etat quelles mesures il compte prendre pour empêcher ces troubles.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!