Les avions voleront peut-être à l'oxygène
Actualisé

Les avions voleront peut-être à l'oxygène

Des scientifiques australiens ont réussi jeudi un deuxième essai de «scramjet», appareil à vitesse hypersonique pourrait révolutionner le transport aérien. Le décollage a été qualifié de «tout à fait correct».

L'engin a atteint une altitude supérieure à 325 km et une vitesse d'environ 7500 km/h, ont précisé des scientifiques de l'Université du Queensland (nord-est), organisateurs de l'essai.

Ce lancement, réalisé en collaboration avec l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (Jaxa), intervient après une première expérimentation le 25 avril, également en Australie. «Le lancement s'est passé comme prévu, nous avons eu un nouveau décollage tout à fait correct», a déclaré Michael Smart, designer.

Les «scramjets» (»supersonic combustion ramjet», ou statoréacteur à combustion supersonique) utilisent l'oxygène de l'air plutôt que de devoir emmener de lourds réservoirs comme le font les fusées. Ce genre d'appareils atteint des vitesses hypersoniques (Mach 5 et plus).

Petit inconvénient

Les scientifiques espèrent que cela permettra un jour de réduire considérablement la durée des vols commerciaux et de diminuer le coût du lancement des satellites.

Le test a consisté à propulser à l'aide d'une fusée un engin non habité, constitué essentiellement d'un moteur de scramjet, pesant une centaine de kilos et mesurant 1,5 mètre de long.

Contrairement aux moteurs subsoniques, les scramjets n'ont pas besoin de pièces mobiles pour compresser l'air. La compression est plutôt effectuée en mettant à profit le déplacement rapide du jet.

La technique a toutefois un inconvénient. Les scramjets ne peuvent pas, à l'heure actuelle, voler à vitesse subsonique. C'est pourquoi ils doivent être propulsés à l'aide d'une fusée avant de pouvoir être largués à la vitesse à laquelle ils peuvent fonctionner. (ats)

Ton opinion