Actualisé 14.08.2017 à 11:33

Fêtes de GenèveLes badauds ont retardé le départ du feu d'artifice

Le grand feu d'artifice des Fêtes de Genève a enchanté des dizaines de milliers de personnes samedi soir. Une entreprise genevoise a eu l'occasion de filmer le spectacle au plus près.

de
cga

(Images: <a href="http://www.flyingfocus.ch/home.html" target="_blank">Flying Focus</a>)

«Nous avons obtenu l'autorisation de filmer de skyguide et de la police à la dernière minute». Yvon, le patron de Flying Focus avait de quoi se réjouir dimanche. A l'aide d'un drone, il a filmé le spectacle pyrotechnique, point d'orgue des Fêtes de Genève. Le feu d'artifice, qui a duré près d'une heure, a commencé avec un peu de retard.

«Seule une dizaine de drone a été autorisée à filmer le spectacle», poursuit Yvon, tout en précisant que son appareil avait interdiction de décoller depuis les quais, trop fréquentés et donc trop dangereux. Afin de respecter les consignes de sécurité des autorités, c'est-à-dire faire voler l'engin à plus de 1 km du pas de tir du feu, Yvan a fait décoller son drone depuis un bateau stationné au milieu du lac pendant le feu d'artifice.

300 à 350'000 spectateurs

Samedi soir, le grand feu d'artifice tiré depuis la rade a déplacé les foules. Il a attiré entre 300'000 et 350'000 personnes, a estimé le capitaine Nicolas Dentan, de la police genevoise. Le spectacle a toutefois connu un petit retard à l'allumage de 20 minutes à cause d'embarcations qui tentaient d'accéder au petit lac pour voir les feux de dessous. Elles ont joué au chat et à la souris avec les forces de sécurité, a déploré M. Dentan. La police a attendu que tout rentre dans l'ordre avant de donner son feu vert.

Les conditions météorologiques ont été de la partie. La pluie des derniers jours avait laissé la place à un ciel bien dégagé et le vent se trouvait aux abonnés absents. Les bombes ont été tirées depuis 60 points différents. Quelque 40 personnes étaient mobilisées pour veiller au bon déroulement du spectacle.

Des Fêtes encore déficitaires

Par ailleurs, les organisateurs des Fêtes de Genève ont dressé dimanche un bilan positif de l'édition 2017 de la manifestation. Le succès populaire a été au rendez-vous. Le constat est différent sur le plan financier. Les fêtes, limitées à 10 jours, sont déficitaires.

Il manquera vraisemblablement plus de 500'000 francs dans les caisses pour équilibrer les comptes, a fait savoir devant la presse Philippe Vignon, le directeur général de la Fondation Genève Tourisme. Le défi des organisateurs sera de trouver «une solution pérenne». Il faudra peut-être envisager de réduire la voilure.

A ces soucis s'ajoute la menace que fait planer une initiative communale, en Ville de Genève, qui veut réduire la durée des fêtes à 7 jours. Si elle passe, «nous tirerons la prise», a averti Philippe Vignon. Un contre-projet à l'initiative est en préparation, mais ses contours demeurent encore flous.

Une année 2016 difficile

En 2016, le concept des Fêtes de Genève avait été profondément repensé. Ce nouveau départ s'était soldé sur un échec, avec des pertes de 3,5 millions de francs. Cette année, les organisateurs sont revenus en arrière en proposant une manifestation plus traditionnelle. La météo, bonne dans l'ensemble, a fait le reste.

Le public a répondu d'une façon extraordinaire, s'est réjoui Yves Menoud, le président de la Fondation Genève Tourisme.

Les fêtes, qui ont drainé sur dix jours 1,2 million de personnes, n'ont pas eu à déplorer d'incident majeur, a poursuivi l'officier. Une manifestation de cette envergure comporte toujours son lot de bagarres. Un dispositif comprenant des blocs de béton avait en outre été mis en place pour prévenir des attentats au camion-bélier. (cga/20 minutes/ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!