Syrie: Les banlieues de Damas pilonnées par l'armée
Actualisé

SyrieLes banlieues de Damas pilonnées par l'armée

La périphérie de Damas était dimanche sous le feu des chasseurs-bombardiers syriens.

Selon un premier bilan provisoire de cette ONG, au moins 70 personnes ont péri dimanche en Syrie, dont 25 civils lors de bombardements terrestres et aériens. Parmi ces civils, cinq membres d'une même famille ont péri dans un raid de l'aviation sur le village de Barka, près de Damas.

Et selon le réseau de militants anti-régime de la Commission générale de la révolution syrienne (CGRS), l'aviation a mené en une demi-heure dans la matinée cinq raids sur Daraya, au sud-ouest de la capitale, où l'armée envoyait de nouveaux renforts.

Le journal al-Watan, proche du régime, affirmait dans son édition de dimanche que «les terroristes à la périphérie de Daraya et de Mouadamyat al-Cham ont lancé des appels à l'aide après avoir reçu des coups très durs de l'armée syrienne qui a détruit plusieurs repaires dans lesquels ils se barricadaient».

Les autorités assimilent les rebelles à des «terroristes» armés et financés par l'étranger. «L'armée a poursuivi hier ses attaques contre ces repaires qu'elle a entièrement détruits et elle prévoit de mener une opération terrestre qualitative afin d'extirper ce qui reste des terroristes», poursuit le quotidien.

A Damas, deux hommes ont été abattus

A Damas même, deux hommes ont été abattus, dont l'un dans le quartier de Qadam (sud) où des combats opposaient soldats et rebelles, a ajouté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un important réseau de militants et de médecins en Syrie.

De même source, l'artillerie et l'aviation bombardaient violemment des quartiers de Homs (centre) que l'armée assiège depuis plusieurs mois, la CGRS affirmant que «plus d'un millier de bombes et de roquettes se sont abattues» dimanche sur ces quartiers.

Et, selon l'OSDH, de violents combats se déroulaient également dans cette ville surnommée par les militants anti-régime la «capitale de la révolution». Aux abords de la base militaire de Wadi Deif, l'une des dernières toujours aux mains de l'armée dans le nord-ouest, dix rebelles ont été tués dans de violents combats, selon l'OSDH.

Des raids aériens ont également frappé les provinces d'Idleb (nord-ouest) de de Deir Ezzor (est). Samedi, 138 personnes, dont 13 enfants, ont été tuées en Syrie, d'après l'OSDH. En 22 mois de conflit, plus de 60.000 personnes ont péri dans des violences, selon l'ONU. (afp)

Ton opinion