Banques: Les banques cantonales refusent les gros clients
Actualisé

BanquesLes banques cantonales refusent les gros clients

Les entreprises basées hors canton ne peuvent plus déposer de montants importants.

par
Giuseppe Melillo

Avec la crise, la tentation est grande de quitter les grands établissements pour confier ses fonds à des banques cantonales. Selon la presse dominicale alémanique, la Banque Cantonale de Schwyz voulait refuser tout nouveau client non établi dans le canton. Celle-ci a démenti.

En fait, les banques cantonales acceptent toujours les dépôts des épargnants. En revanche, elle sont devenues prudentes avec les gros clients. La banque cantonale de Zurich, celles de Neuchâtel et du Jura, par exemple, refusent d'ouvrir un compte à terme pour une entreprise basée hors de leur canton.

«Si une entreprise hors canton et qui n'est pas cliente veut placer chez nous 100 millions pour une période d'un mois, nous refusons», confie Jean-Noël Duc, directeur général de la Banque cantonale de Neuchâtel (BCN). La banque ne sait pas à qui prêter cet argent pour le faire travailler. «Si une banque nous propose un taux d'intérêt élevé, 4% par exemple, elle ne nous inspire pas confiance; si elle a tant besoin d'argent, c'est que sa situation doit être douteuse», précise-t-il.

Et si la majorité des cantons garantissent les dépôts auprès des banques cantonales, ceux de la banque auprès d'autres institutions ne sont pas garantis. «Contrairement à la zone euro, la Confédération ne garantit pas les prêts interbancaires», ajoute le directeur de la BCN.

Comment débloquer la situation? «Les banques cantonales pourraient déposer leur argent à la Banque Nationale Suisse (BNS) qui le prêterait aux autres banques. Dans ce cas, la BNS garantit les prêts aux établissements dont personne ne connaît la situation financière réelle», confie Jean-Noël Duc.

Ruée sur les coffres et les gestionnaires

A Paris, en raison de la perte de confiance dans les banques, les ventes de coffres-forts ont bondi de 30 à 40% en septembre, selon «Le Figaro magazine». «En Suisse, les demandes de particuliers ont clairement augmenté», explique René Marti, responsable de la vente de coffres-forts Kaba.

De son côté, l’Association suisse des gérants de fortune constate une hausse importante de la demande de conseil indépendant surtout de la part de la clientèle des grandes banques.

Ton opinion