Les banques étrangères en Suisse se portent à merveille

Actualisé

Les banques étrangères en Suisse se portent à merveille

A l'image de l'ensemble du secteur, les banques étrangères actives en Suisse ont poursuivi leur croissance l'an passé.

Fortes de 150 établissements et plus de 20 000 employés, elles ont vu leur bénéfice cumulé bondir de 28 % à 2,363 milliards de francs.

A fin 2005, les établissements étrangers présents en Suisse géraient des actifs de 873 milliards de francs, en hausse de 17 % au regard de 2004, a précisé lundi à Zurich Martin Maurer, directeur de l'Association des banques étrangères en Suisse. L'afflux d'argent frais a pour sa part constitué 6 % de ce montant.

Au terme d'une «nouvelle bonne année», selon Alfredo Gysi, le président de l'association, ces instituts ont ainsi contribué à 45 % du résultat cumulé de l'ensemble des établissements actifs en Suisse, un montant qui correspond à 2 % du produit intérieur brut (PIB). Regroupés, ils représentent ainsi le numéro trois du paysage bancaire helvétique.

Se hissant à 10,3 %, le rendement des fonds propres a lui atteint son plus haut niveau depuis la fin des années 90. Les effectifs ont également crû de 3 %, à 20 753 collaborateurs à plein temps. L'évolution des affaires a reflété l'accroissement de la clientèle, son afflux étant continuel, a relevé le vice-président Eduardo Leemann.

Clients allemands

Par ailleurs directeur général d'AIG Privat Bank, M. Leemann a illustré son propos en précisant que son établissement ouvrait chaque mois 3000 comptes épargne pour des clients allemands. Ces derniers «préfèrent placer légalement leur argent en Suisse, plutôt qu'outre-Rhin».

Au chapitre des relations entre la Suisse et ses voisins européens, et plus particulièrement dans le dossier de la fiscalité de l'épargne, M. Leemann a rappelé que Berne a versé à l'Union européenne, au titre des accords bilatéraux en la matière, 130 millions de francs de juillet à décembre 2005. Si vu de Bruxelles le montant peut paraître modeste, cela provient du fait que la législation comporte des lacunes, a-t-il dit.

La taxe ne vise pas toutes les catégories de placements et les clients peuvent aisément y échapper, selon M. Leemann. Si les banques étrangères comptent des clients suisses, leur clientèle cible est de manière générale issue du pays d'origine de l'institut.

«Du point de vue culturel, un Espagnol préférera ouvrir un compte dans une banque espagnole à Genève, plutôt que dans un établissement alémanique de Zurich», a expliqué Leemann. «Il s'y sentira mieux compris.» De plus les instituts étrangers tirent un avantage concurrentiel par rapport à leur concurrents helvétiques de taille moyenne du fait qu'ils émanent souvent de grands groupes internationaux.

Suisse attrayante

Il n'en demeure pas moins que la place financière helvétique conserve son attrait, malgré une vive compétition internationale. La Suisse constitue clairement le centre de compétences en matière de private banking, a poursuivi M. Gysi. Près de la moitié des banques étrangères présentes actuellement sur le territoire de la Confédération se sont installées ces quinze dernières années.

Ces établissements devraient donc aussi participer au processus de consolidation qui s'est ouvert dans le secteur de la gestion de fortune, avec notamment la reprise par Julius Bär du gérant d'actifs GAM et des banques privées de l'UBS. Mais, probablement du fait que les affaires sont bonnes, les acquéreurs sont nombreux, contrairement aux vendeurs.

HSBC Private Bank numéro un

Affichant des actifs sous gestion de quelque 140 milliards de francs, HSBC Private Bank a conservé l'an passé son premier rang au classement des gérants de fortune étrangers. L'ex-Banca della Swizzera Italiana, la BSI, aux mains de l'italien Generali, s'est elle aussi maintenue sur la deuxième marche du podium, avec 52 milliards.

Suivent Coutts Bank von Ernst (38,5 milliards), le Crédit Agricole (Suisse), BNP Paribas Suisse et la Deutsche Bank (Suisse). Une septantaine (69) d'établissements sont installés à Zurich, cinquante à Genève et seize à Lugano.

(ats)

Ton opinion