Actualisé 14.10.2012 à 08:58

Municipales

Les Belges aux urnes, scrutin centré sur Anvers

Près de huit millions d'électeurs ont commencé à voter dimanche matin aux élections municipales. Le principal enjeu du scrutin est le score que fera le parti séparatiste flamand N-VA à Anvers.

Le maire sortant d'Anvers, le socialiste Patrick Janssens est à la lutte avec Bart De Wever du parti séparatiste flamand N-VA.

Le maire sortant d'Anvers, le socialiste Patrick Janssens est à la lutte avec Bart De Wever du parti séparatiste flamand N-VA.

Les bureaux de vote ont ouvert à 08h00 dans les 589 communes de Belgique dans le cadre d'un scrutin à la proportionnelle à un tour. Ils fermeront entre 13h00 et 16h00, les résultats étant attendus en début de soirée.

Ces élections sont les premières depuis la fin, en décembre 2011, de la plus longue crise politique de l'histoire du royaume, 541 jours ayant été nécessaires pour former un gouvernement.

Les observateurs vont suivre particulièrement les résultats à Anvers, qu'espère enlever Bart De Wever, leader de la N-VA (Nouvelle Alliance flamande) et homme politique le plus populaire de Flandre, la région néerlandophone du nord du royaume. Il est notamment opposé au bourgmestre (maire) sortant, le socialiste Patrick Janssens, qui a mené campagne sur le dynamisme économique et culturel de cette ville de 500'000 habitants.

Au niveau national, la N-VA représente la seule opposition structurée face la coalition de six partis traditionnels de gauche, du centre et de droite, qui soutiennent le gouvernement dirigé par le socialiste francophone Elio Di Rupo.

Forte progression

Une victoire à Anvers permettrait à M. De Wever d'aborder en position de force les élections législatives de 2014.

La N-VA, qui prône l'indépendance à terme de la Flandre, est devenue la première force politique néerlandophone aux régionales de 2009 et aux législatives de 2010 alors qu'elle pesait moins de 5% des voix aux municipales il y a six ans.

En Wallonie, la région francophone, et à Bruxelles, le Parti socialiste va tenter de préserver sa prééminence en dépit des mesures d'austérité du gouvernement Di Rupo. Il devrait réussir à conserver les grandes villes comme Liège et Charleroi.

Ce scrutin municipal est le second auquel peuvent voter les étrangers installés en Belgique. Mais seuls 18,48% des ressortissants d'un pays de l'Union européenne, soit 120'826 personnes, et 14,02% des étrangers extra-communautaires (20'561) se sont inscrits sur les listes. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!