2.2 milliards: Les bénéfices d'UBS explosent

Actualisé

2.2 milliardsLes bénéfices d'UBS explosent

L'UBS a dégagé au 1er trimestre un bénéfice net de 2,202 milliards, contre une perte de 1,975 milliard un an plus tôt, a annoncé la banque mardi.

Les marchés des banques devraient poursuivre leur reprise lors des deux prochains trimestres, estime UBS. (Photo: Keystone)

Les marchés des banques devraient poursuivre leur reprise lors des deux prochains trimestres, estime UBS. (Photo: Keystone)

Elle a continué à enregistrer de fortes sorties nettes de capitaux durant la période, même si cette saignée a ralenti.

Durant le trimestre sous revue, ces sorties nettes de capitaux, signe que la confiance des clients reste encore à rétablir, se sont chiffrées à 18 milliards de francs.

Elles avaient atteint 56,2 milliards au 4e trimestre 2009. Ce qui n'avait toutefois pas empêché le numéro un bancaire de renouer avec les chiffres noirs, après quatre trimestres de pertes, avec un bénéfice net de 1,205 milliard de francs pour la période octobre- décembre.

Mais comparés à ceux du Credit Suisse (CS), ces chiffres - même s'ils correspondent voire dépassent les attentes - montrent que l'UBS est encore convalescente. Fin avril, son dauphin annonçait ainsi au titre du 1er trimestre un bénéfice net presque triplé par rapport au précédent, à 2,06 milliards de francs, et surtout un afflux net de nouveaux capitaux record de 26 milliards de francs.

Bond dans l'Investment Bank

Le résultat trimestriel avant impôts de l'UBS est ressorti à 2,811 milliards, en ligne avec l'annonce «d'au moins 2,5 milliards» faite courant avril, contre seulement 912 millions au 4e trimestre 2009.

Le bénéfice avant impôts de la banque d'investissement, en particulier, a bondi à 1,190 milliard comparé à 297 millions (&301% sur le trimestre comparé au précédent), grâce essentiellement au segment revenu fixe, changes et matières premières. Dans la gestion de fortune hors Amériques et la banque suisse, il a progressé de 5% à 1,161 milliards.

Outre-Atlantique, le tableau est moins positif. Wealth Management Americas boucle le trimestre sur un bénéfice avant impôts de 15 millions de francs, en chute libre de 92% par rapport aux 178 millions dégagés au 4e trimestre 2009. Selon UBS, cela tient notamment à un nouveau programme de rémunération des conseillers financiers.

La gestion d'actifs (Global Asset Management) a aussi vu son bénéfice avant impôts se contracter fortement d'un trimestre à l'autre, de 52% à 137 millions, en particulier en raison de charges de personnel accrues. Mais les actifs investis se sont légèrement étoffés, de 2% à 2267 milliards de francs.

Sorties de capitaux toujours importantes

Les sorties nettes de capitaux ont certes bien diminué par rapport à l'hémorragie du 4e trimestre 2009. Ce dernier avait toutefois aussi pâti de facteurs exceptionnels, comme l'amnistie fiscale italienne.

Dans la gestion de fortune (Wealth Management) hors Amériques, ces sorties de capitaux ont atteint 8,2 milliards de francs - dont 1,4 milliard en Suisse, banque de détail comprise - contre 33,2 milliards trois mois plus tôt.

Pour la région Amériques, elles se sont élevées à 7,2 milliards de francs, contre 12 milliards au 4e trimestre 2009. Les sorties liées au départ de conseillers financiers ont fléchi, note l'UBS. Dans le segment Global Asset Management, les sorties nettes de capitaux se sont chiffrées à 2,6 milliards de francs, après encore 11 milliards trois mois plus tôt.

Perspectives prudentes

Au chapitre des perspectives, l'UBS pense que l'activité des marchés boursiers au 2e trimestre devrait être comparable à celle des trois premiers mois de l'année. La banque table sur une amélioration progressive de ses résultats de gestion de fortune, et de sorties de capitaux qui devraient se montrer «relativement modérées ces prochains temps».

Mais certaines dettes d'Etat en Europe restent «sources d'incertitudes», même si l'UBS n'est «quasiment pas exposée» en Grèce, de manière «minime» au Portugal» et «peu importante» en Espagne, selon son directeur des finances John Cryan.

Les résultats trimestriels, qualifiés de «forts» par certains analystes, ont profité au groupe à l'ouverture de la Bourse suisse où son action a gagné jusqu'à 1,64% en début de séance. Le titre a toutefois terminé la journée en net recul, perdant 5,05% à 16,18 francs, dans un marché SMI lui aussi en repli de 1,81%. (ap)

La zone euro pèse sur l'action UBS

Les résultats trimestriels, qualifiés de «forts» par certains analystes, ont profité au groupe à l'ouverture de la Bourse suisse où son action a gagné jusqu'à 1,64% en début de séance. Mais vers 10h30, le titre piquait du nez, en recul de 2,30% à 16,65 francs, dans un marché SMI lui aussi retourné à la baisse et en repli de 0,20% , après l'ouverture de l'indice Ibex-30 de la Bourse de Madrid.

Ton opinion