Actualisé 08.10.2012 à 14:44

ChiffresLes Bernois ont vu trop de loups

La presse bernoise a fait état la semaine dernière de la présence de nombreux loups dans le canton. Mais les chiffres seraient exagérés.

Deux loups au moins se trouvent sur le sol bernois.

Deux loups au moins se trouvent sur le sol bernois.

Le quotidien «Der Bund» écrivait le 31 août dernier que le loup qui s'était attaqué à un veau mort-né le 23 juillet était le 30e animal dont la présence avait été prouvée depuis 2006 dans le canton de Berne. Mais le Kora (Projets de recherches coordonnés pour la conservation et la gestion des carnivores en Suisse) affirme que les loups ne sont de loin pas aussi nombreux dans le canton que ne le prétend la presse.

Il est établi avec certitude, d'après le Kora, que deux loups se trouvent sur le sol bernois: la jeune femelle F5 dans la région frontalière Berne-Fribourg, ainsi que le jeune mâle M20 dans la région entre Berne et Lucerne.

Depuis 2006

Après son extermination au 19e siècle, le loup a fait sa réapparition sur sol bernois en 2006. Le 23 mars de cette même année, un mâle a été tué par un train à Gsteigwiler. Il s'agissait du 13e loup dont la génétique avait été prouvée en Suisse. C'était un jeune mâle baptisé M13.

Le 27 novembre 2006, un deuxième loup a été localisé dans le canton de Berne. Il s'agissait de M16, le 16e mâle arrivé sur territoire suisse. Il a été aperçu dans le canton en 2007, 2008 et 2009. Le 11 août 2010, il a été abattu dans le Haut-Valais, à Varneralp.

Le canton de Berne a reçu la première visite féminine le 18 juin 2009. Il s'agissait de F5, aperçue encore en 2010 et 2011. Le territoire où elle évolue comprend la région-frontière entre les cantons de Berne et Fribourg, le Simmental, Ganstrisch et le col du Jaun, soit environ 250 km2. Cette année, la présence de la louve a été prouvée de manière certaine, suite à des analyses génétiques, uniquement dans le canton de Fribourg. Elle a été accusée d'avoir égorgé un mouton le 23 juin 2012 à Oberwil, mais les analyses individuelles n'ont pas donné de résultat.

Ovins égorgés

Un quatrième loup vit dans la région frontalière entre les cantons de Berne, Lucerne et Obwald. Il s'agit de M20, un jeune mâle. C'est vraisemblablement lui qui a égorgé une biche le 27 mars 2012 à Schangnau. Le 14 août, c'est un mouton qui a été égorgé à Oberried par un loup dont l'identité n'est pas encore connue. Les résultats de l'analyse de l'ADN prélevée le 19 août dans la même commune après la mort d'une chèvre, sont encore attendus.

Quant au loup qui s'est attaqué à un veau le 26 juillet à Reichenbach, il s'agit d'un animal venu d'Italie. On attend encore les résultats de l'analyse de l'ADN. On ignore où il se trouve actuellement.

Les loups peuvent parcourir de très longues distances avant de s'établir sur un territoire et de devenir sédentaires. Le cas d'un jeune loup venant d'Allemagne est connu et avéré. En 47 jours, en faisant une pause de 79 jours, il a parcouru 1.550 kilomètres depuis le sud de Berlin. Il a traversé deux autoroutes avant d'arriver en Biélorussie. De tels cas ont également été relevés en Italie, en Slovénie et dans d'autres pays. (ats/ap)

Une meute aux Grisons

Des louveteaux ont été observés ces derniers jours dans le massif grison du Calanda. Il s'agit de la première preuve de la présence d'une meute de loups en Suisse depuis le retour du canidé en terres helvétiques.

Les louveteaux aperçus à deux reprises et signalés aux autorités grisonnes appartiennent à un couple de loups qui vit depuis longtemps dans le Calanda, indique jeudi l'office cantonal de la chasse. Les deux canidés adultes ont été vus pour la première fois dans les Grisons en novembre dernier. A l'époque, on ignorait encore s'il s'agissait de deux mâles ou d'un mâle et d'une femelle.

Les Grisons comptent environ une demi-douzaine de loups, sans compter les petits. Il n'existe aucune statistique précise en la matière en raison des déplacements constants de ces animaux à l'intérieur du canton ou dans un autre canton.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!