Genève: Les bitures des jeunes en baisse
Actualisé

GenèveLes bitures des jeunes en baisse

Les Urgences pédiatriques des HUG recensent moins de cas de coma éthylique qu'auparavant. La prévention et la fin de l'effet de mode expliqueraient en partie ce phénomène.

par
rle

Seuls 17 cas d'alcoolisation excessive ou de coma éthylique ont été comptabilisés aux Urgences pédiatriques dans le premier semestre 2013. Ce chiffre pourrait se monter à moins de 40 pour le reste de l'année. C'est beaucoup moins qu'en 2012 où 64 cas étaient recensés, ou qu'en 2010 et ses 90 cas.

Fort de ce constat, le médecin-chef du Service des urgences pédiatriques parle d'une «réalité encourageante» avant de tenter une explication. Je crois qu'il y a d'abord une véritable prise de conscience à la fois des parents et des jeunes sur les dangers d'une consommation excessive d'alcool, note Alain Gervaix dans la «Tribune de Genève». Et certainement un effet de mode qui passe.»

La Fegpa se félicite

Dans les milieux de la prévention, on se réjouit aussi de cette diminution. «Bien sûr, il ne faut pas baisser sa garde et penser que tout est réglé, indique Laurence Fehlmann-Rielle, de la Fédération genevoise pour la prévention de l'alcoolisme (Fegpa). Mais cela prouve que les actions en matière de prévention commencent à produire leurs effets.»

L'ancienne présidente du PS genevois se félicite aussi des durcissements légaux quant à l'accessibilité des produits alcoolisés. «Aujourd'hui, les mineurs ne peuvent plus se procurer de l'alcool aussi facilement que par le passé et l'interdiction d'en vendre après 21h est important»e, estime-t-elle. Les communes ont par ailleurs mis en place des actions de sensibilisation.

Statu quo chez les adultes

Si la baisse de consommation d'alcool n'est pas compensée par une hausse des stupéfiants chez les mineurs, le nombre de buveurs majeurs reste, lui, stable. «La moyenne annuelle se situe autour de 700 à 800 arrivées aux Urgences, précise Thierry Favrod-Coune, responsable du secteur alcool à l'Unité des dépendances. 65 personnes environ sont prises en charge chaque mois aux Urgences suite à une consommation excessive d'alcool.» Avec deux tranches d'âge particulièrement concernées: les 16-24 ans et les 38-42 ans.

Ton opinion