New York: Les Black Panther derrière l'attaque à la hache?
Actualisé

New YorkLes Black Panther derrière l'attaque à la hache?

L'extrémiste musulman qui a attaqué des policiers new-yorkais vendredi dernier était «un croisé en quête de justice», selon le leader d'un groupe de New Black Panther qu'il fréquentait.

par
cga/ats

«Ce ne sera probablement pas la dernière attaque contre la police parce que beaucoup de gens sont frustrés par ici». L'avertissement provient d'un dénommé Frank Sha Francois chef du groupe des New Black Panther du quartier du Queens. Selon cet homme, Zale Thompson, l'auteur de l'attaque, n'était pas membre à proprement parler de l'association mais s'était rendu à plusieurs réunions du groupe. Il s'intéressait particulièrement aux cas de violences policières.

«Je ne tolère pas la violence, mais quelque chose doit être fait», avertit François dans le NY Post. «Nous avons besoin d'un certain type de dissuasion et d'une véritable surveillance pour dissuader la police de violer les lois et faire savoir aux agents qu'ils ne sont pas au-dessus des lois.»

«Les loups solitaires sont un souci croissant»

L'homme avait attaqué vendredi deux jeunes officiers à l'aide d'une hachette. Le suspect avait ensuite été abattu. Zale Thompson s'était converti à l'islam il y a deux ans. Il n'avait pas de casier judiciaire à New York, mais avait été arrêté à six reprises en Californie, en 2003 et 2004, apparemment pour des affaires de drogue. Il avait été renvoyé de l'armée en 2003, a pour sa part indiqué le responsable des enquêteurs de New York.

«Les loups solitaires sont un souci croissant», a reconnu le chef de la police. Il a lancé un appel au public, pour essayer d'obtenir un maximum de renseignements dans le cadre de l'enquête en cours. La police a fouillé dans l'ordinateur du suspect et y a découvert sur les réseaux sociaux des déclarations antigouvernementales, anti-Occident, et parfois anti-blanc, a aussi déclaré l'enquêteur. Il était allé plus récemment sur des sites Internet traitant d'Al-Qaïda, de l'Etat islamique et des islamistes somaliens shebab.

Jihad justifié

Il avait aussi consulté les informations sur les attaques au Canada, où une autre attaque d'un converti solitaire a tué lundi un militaire dans une ville du Québec, et celles concernant un homme ayant récemment sauté au-dessus des grilles de la Maison-Blanche. «Il semble que c'était quelque chose à quoi il pensait depuis un certain temps, et il y pensait avec plus d'intensité ces derniers jours», a ajouté l'enquêteur.

Selon le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE, le mois dernier, le suspect avait justifié le jihad, dans un commentaire à une vidéo favorable à l'Etat islamique, y voyant une réponse à «l'oppression des sionistes et des croisés». «Si les sionistes et les croisés n'avaient jamais envahi et colonisé les terres islamiques après la première guerre mondiale, il n'y aurait pas besoin de jihad», avait-il commenté. «Qu'est-ce qui vaut mieux? Rester assis et ne rien faire, ou le jihad?», avait-il ajouté.

Passante blessée

Une page Facebook à son nom montre la photographie d'un homme en tenue de combat, le visage recouvert d'un turban, avec en bandeau un extrait du coran. Dans un commentaire à la chanson d'un rappeur sur YouTube, le suspect avait également dénoncé en décembre 2013 l'oppression des noirs par les blancs, et le colonialisme.

Ton opinion