Rugby: Les Bleus échappent au piège écossais
Actualisé

RugbyLes Bleus échappent au piège écossais

Les Français se sont imposé avec peine dimanche face à l'Ecosse et enregistrent leur deuxième victoire en autant de matches dans le Tournoi des Six Nations.

L'Ecossais Mike Blair (gauche) n'a pas pu empêcher le Français Wesley Fofana de marquer son deuxième essai international

L'Ecossais Mike Blair (gauche) n'a pas pu empêcher le Français Wesley Fofana de marquer son deuxième essai international

Le Quinze de France s'est sorti du piège de l'enthousiasme offensif des Ecossais pour s'imposer difficilement 23-17 dimanche après-midi à Murrayfield, signant sa seconde victoire en autant de matches dans le Tournoi des Six Nations.

Ce succès permet aux Bleus de rester, avec le Pays de Galles, la seule équipe encore en course pour le Grand Chelem. En revanche, l'Ecosse a connu sa troisième défaite en trois matches malgré des prestations très honorables.

Samedi, le Pays de Galles, déjà vainqueur à deux reprises, a fait chuter l'Angleterre pour la première fois en allant s'imposer 19-12 à Twickenham, tandis que l'Irlande, qui sera le prochain adversaire des Bleus le 4 mars prochain, a écrasé l'Italie 42-10.

Menés 10-0 après 25 minutes

Les Tricolores ont été menés 10-0 après 25 premières minutes de jeu tonitruantes de leurs hôtes. Mais ils ont eu le mérite de réagir au bon moment pour doucher les ardeurs écossaises et, après avoir recollé au score juste avant la pause (10-10), prendre progressivement le match en mains.

«Au début, on a été pris par le rythme des Ecossais. On le savait, mais c'est vraiment une belle équipe très dynamique», a souligné le capitaine tricolore Thierry Dusautoir au micro de France-2. «On a réussi à revenir petit à petit dans la partie grâce à notre présence dans les rucks et à notre pack».

Pour autant, et après trois semaines d'arrêt dues à l'annulation de leur match contre l'Irlande le 11 février, les Bleus ont paru un peu justes physiquement et n'ont pas pu tuer le match. «On a commis trop d'imprécisions. Cela nous a empêché de déployer notre jeu et lorsqu'on a eu le ballon, nous n'avions assez d'énergie pour dynamiser notre jeu et on leur a donné des ballons», a reconnu Dusautoir.

Craig Laidlaw, l'ouvreur écossais, manquait sa première tentative de pénalité (2e) alors que, comme prévu, les Ecossais étaient à la manoeuvre et imposaient de longues séquences de jeu. La première d'environ trois minutes était à l'image de la stérilité affichée par les Ecossais depuis plusieurs matches.

Hélas, les Tricolores, qui avaient pourtant récupéré une mêlée en leur faveur, n'arrivaient pas à se dégager et, sur la deuxième vague écossaise, le jeune arrière Stuart Hogg (19 ans) fêtait sa première titularisation en marquant en coin (8e).

Laidlaw transformait puis rajoutait une pénalité (10-0, 25e), alors que les Tricolores ne parvenaient pas à conserver le ballon suffisamment longtemps pour se montrer dangereux. Sans compter qu'ils connaissaient quelques déboires en touche en raison de la qualité du contre adverse.

Réaction française

Il fallait attendre la demi-heure de jeu pour voir les hommes de Philippe Saint-André réagir à la suite à une touche bien négociée dans les 22 mètres. François Trinh-Duc, qui cherchait l'intervalle, était repris à quelques mètres, mais l'action se poursuivait sur sa gauche et Vincent Clerc servait Wesley Fofana qui surgissait en boulet de canon pour son deuxième essai international en deux sélections. Parra transformait (10-7).

La partie s'arrêtait un long moment en raison de la blessure de Rory Lamont (30e). Le demi de mêlée Mike Blair était lui aussi contraint de quitter le terrain. Ces deux sorties désorganisaient l'Ecosse qui subissait jusqu'à la pause. Parra égalisait sur une pénalité obtenue suite à un gros effort en mêlée (10-10, 39e). Il manquait malheureusement sa tentative suivante, privant la France d'un avantage au repos.

En début de seconde période, les Tricolores semblaient avoir le match en mains. Pour preuve, ils prenaient les commandes au tableau de marque pour la première fois de la partie sur une pénalité de Parra (13-10, 46e). Pourtant, l'Ecosse n'avait pas abdiqué et une petite faute d'inattention des Français dans un ruck offrait une balle de contre aux Ecossais avec au bout un essai de l'ailier Lee Jones que transformait Duncan Weir (57e).

Les Bleus ne s'affolaient pas. Une balle récupérée dans leur moitié de terrain était exploitée sur le flanc gauche par Julien Malzieu. L'ailier clermontois faisait un travail énorme avant de délivrer une passe décisive pour l'arrière Maxime Médard qui n'avait plus qu'à aller derrière la ligne. Parra transformait (20-17, 60e).

Lionel Beauxis, entré à la place de Médard, touché au genou, ajustait un drop qui offrait un peu de confort aux Tricolores (23-17). Mais il manquait sa seule tentative de pénalité (78e) si bien que les Bleus devaient s'employer en défense jusqu'à la sirène libératrice. (ap)

Ton opinion