Actualisé 29.07.2018 à 20:12

CultureLes blockbusters ne font pas le bonheur des cinés

Les spectateurs suisses boudent les salles cette année. Les vagues de chaleur et la prolifération d'offres en ligne ne l'expliquent qu'en partie.

de
laf

Durant les six premiers mois de l'année, les cinémas suisses ont accueilli un peu moins de 7 millions de spectateurs. C'est 18,2% de moins qu'une année auparavant, pourtant déjà mauvaise, selon ProCinema, association suisse des exploitants et distributeurs de films. Le secteur a notamment vécu un mois d'avril noir: les ventes de billets ont chuté de 50% en raison de températures quasi estivales. Les perspectives pour le second semestre sont encore pires. L'association table sur 20% de moins avec déjà un mois de juillet catastrophique, victime de la chaleur et de la concurrence de la Coupe du monde du football.

Mais le manque de diversité et le mauvais timing de la programmation sont aussi pointés du doigt. Les blockbusters d'action se sont notamment bousculés juste avant le Mondial et, pour la plupart, n'ont pas répondu aux attentes. Dans le même temps, Hollywood a produit peu de comédies romantiques affectionnées par le public féminin. Dans ces conditions, «même les cinéphiles ne vont pas au cinéma cinq fois par mois», a résumé Roman Güttinger, responsable de la distribution chez Ascot Elite, dans la «NZZ am Zeitung».

En 2017, les cinémas suisses avaient pourtant projeté 539 films contre 257 en 1995. Revers de la médaille: une œuvre qui ne fonctionne pas assez bien au début du week-end cède vite sa place. Et pour ne rien arranger, les gérants de salles, plutôt vieillissants, auraient de la peine à flairer les attentes de la jeune génération.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!