Actualisé 29.12.2011 à 15:20

Assurances et lois Les bonnes et les mauvaises surprises

Le bas de laine des Suisses risque de pâtir dès janvier: les primes maladie vont augmenter, l'AI sera plus restrictive et les avoirs LPP rapporteront moins.

Toutefois, des révisions de loi entrant en vigueur au même moment apporteront des améliorations au quotidien.

Les primes de l'assurance maladie vont renchérir de 2,2% en moyenne pour un adulte et de 4,4% pour les jeunes en 2012. Mais les augmentations divergent au gré des cantons et des caisses.

Pour compenser un peu, les adeptes des médecines alternatives pourront renoncer à leur complémentaire.

Dès janvier, l'assurance de base remboursera de nouveau l'homéopathie, la thérapie neurale ou encore la médecine chinoise. En outre, les patients pourront, moyennant quelques limites, choisir l'établissement de soins de leur choix grâce au nouveau financement hospitalier.

2e pilier en baisse

Les assurés du deuxième pilier font la grimace. Ils devront se contenter d'une rémunération de 1,5% sur leurs avoirs. Jamais le taux d'intérêt minimal n'avait été aussi bas.

Les nouveaux rentiers devront en plus s'accommoder d'une baisse du taux de conversion de leurs avoirs LPP en rente. L'indice passe à 6,9% pour les hommes et à 6,85% pour les femmes.

Quant aux bénéficiaires de l'assurance invalidité, ils seront soumis à un réexamen des prestations. Le premier volet de la 6e révision de l'AI risque d'entraîner la suppression de plus de 12'000 rentes d'ici à 2018.

Premières victimes, les personnes souffrant de fibromyalgie, du «coup du lapin» ou de maladies psychiques. La réforme permettra aux handicapés vivant à la maison de recevoir une contribution d'assistance.

Autre nouveauté, les chômeurs d'au moins 55 ans bénéficieront de 520 jours d'indemnités dès 22 mois de cotisation à l'assurance. En parallèle, la durée maximale de perception du chômage partiel passera à 18 mois, tandis que le délai de carence restera fixé à un jour.

Progression à froid

Les contribuables devraient profiter de quelques allègements fiscaux grâce à la compensation de la progression à froid. Ils toucheront enfin les fruits de l'adaptation annuelle des barèmes de l'impôt fédéral direct au renchérissement.

Les futurs propriétaires immobiliers disposeront eux aussi d'avantages, en plus des taux hypothécaires historiquement bas. L'obligation de construire des abris antiatomiques sera assouplie. En principe, seuls les bâtiments comptant plus de 38 pièces y seront soumis.

La cédule hypothécaire de registre fera son apparition, avec à la clé des économies sur les frais d'établissement du papier-valeur.

Vignettes

Les cyclistes économiseront 5 francs car ils ne seront plus obligés d'acheter une vignette pour leur bécane. Ils devront couvrir eux-mêmes les dommages ou passer par une assurance responsabilité civile privée.

En voiture, au contraire, il vaudra mieux ne pas oublier la vignette autoroutière. L'amende passera de 100 à 200 francs. Autre tour de vis, le conducteur pincé sans avoir passé de permis risquera la même peine que celui dont le «bleu» a été retiré, soit jusqu'à trois ans de prison.

Les automobilistes ne devront en revanche plus rien débourser pour se défaire de leur ancienne batterie. Le prix du recyclage sera intégré dans le prix d'achat. Une nouvelle étiquette-énergie sera appliquée sur les véhicules en vente, avec de meilleures indications concernant la consommation et les émissions de CO2.

Les autres appareils seront aussi munis de l'étiquette-énergie de l'UE permettant de distinguer les moins énergivores. En outre, après les machines à laver et les réfrigérateurs, d'autres appareils, comme les téléviseurs ou les pompes à chaleur, seront soumis à des normes d'efficacité.

Moins de PC

Désormais, seules les personnes considérées comme un danger pour la sécurité de la Suisse pourront être fichées. Tous les autres auront bientôt un droit d'accès direct à leur fiche auprès des services de renseignement.

Autre innovation, la durée maximale des services de la Protection Civile (PC) sera limitée à 40 jours par an et par personne. Sauf en cas de catastrophe et d'urgence. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!