Genève: Les bonneteurs retrouvent leur tête sur des affiches
Actualisé

GenèveLes bonneteurs retrouvent leur tête sur des affiches

L'association «123» a pris en photo les joueurs de ce jeu d'argent illicite, à titre préventif. La Ville et la police ne cautionnent pas.

par
Raphaël Leroy

La lutte anti-bonneteau a pris un nouveau virage depuis quinze jours. L'association «123», qui combat ce jeu d'argent consistant à trouver une balle sous plusieurs boîtes, a collé plusieurs affiches sauvages décapantes. Elles montrent la photo de neuf joueurs de bonneteau présumés, avec la mention «Attention ces personnes sont des voleurs».

«Un moyen de rendre la vie plus difficile aux malfrats»

«Nous avons failli mettre la mention «Wanted» dessus, ironise Fabrice, le président de l'association. Cette démarche est le seul moyen de faire fuir ces malfrats et de les occuper à autre chose.» Les bonneteurs arrachent régulièrement ces affiches dès qu'ils les voient.

«Ce procédé a déjà été utilisé dans d'autres villes de Suisse allemande avec succès, indique Fabrice. Cela fait 4 ans que les bonneteurs sont là, sans être jamais inquiétés. Les citoyens, eux, agissent.»

Et tant pis si la démarche peut être hors la loi. «Ces délinquants sont connus de tous sur le domaine public, donc il n'y a pas de quoi s'offusquer de publier leur photo», estime Fabrice, qui compte bien continuer.

Un procédé pas forcément illégal

«On ne peut cautionner légalement ce genre d'affiches, affirme le chef de cabinet du maire, Raoul Schrumpf. Cela pourrait ouvrir une brèche. Ceci dit, nous comprenons le ras-le-bol ambiant et avons renforcé la présence de la police municipale depuis 3 semaines.»

La police cantonale, elle aussi, rejette ces pratiques «qui attisent la haine et stigmatisent une population».

Pourtant, selon un grand pénaliste genevois, afficher le portrait de malfrats en pleine rue pourrait être défendable aux niveaux pénal et civil.

Ton opinion