Actualisé 02.03.2020 à 13:04

Coronavirus et pollution

Les «bons côtés» de l'épidémie: la Chine respire

La Nasa a publié des images montrant une baisse du dioxyde d'azote au-dessus de la Chine avec les mises en quarantaine de villes pour cause d'épidémie de coronavirus.

de
cga

Le coronavirus meilleur ennemi du réchauffement climatique? C'est la question que l'on peut se poser après la publication par l'agence spatiale américaine d'images montrant une forte baisse de la pollution au-dessus de l'«empire du Milieu». Selon la Nasa, les images montrent une baisse drastique des niveaux de pollution en Chine liée à la baisse d'activité, aux mesures de confinement et aux fermetures d'usines provoquées par l'épidémie de coronavirus. D'abord apparente dans la région de Wuhan, la réduction de la pollution s'est finalement étendue à tout le pays. La Nasa a d'ailleurs fait la comparaison entre les niveaux de pollution au début de l'année 2019 et à la même période en 2020 et a constaté une baisse de 10 à 30%.

«C'est la première fois que je constate une baisse aussi spectaculaire sur une zone aussi large pour un événement spécifique», a expliqué un expert de la qualité de l'air au Goddard Space Flight Center de la Nasa. Il explique avoir déjà constaté une baisse du dioxyde d'azote dans plusieurs pays pendant la récession économique de 2008, mais la baisse avait été progressive à la différence de celle du début de l'année 2020 en Chine.

Les satellites de surveillance de la pollution de la Nasa et de l'Agence spatiale européenne ont permis de comparer les niveaux du NO2 sur une période allant du 1er au 20 janvier (avant la quarantaine) et entre les 10 et 25 février (pendant la quarantaine). La baisse du dioxyde d'azote en 2020 a également coïncidé avec les célébrations du Nouvel An lunaire en Chine et dans une grande partie de l'Asie, rappelle de son côté Le Soir. Les entreprises et les usines ferment habituellement à partir de la dernière semaine de janvier jusqu'au début février pour célébrer la fête. Les observations passées ont montré que la pollution de l'air diminue généralement pendant cette période, puis réaugmente dès que la période de célébrations est terminée. Ce «retour à la normale» n'a pas eu lieu cette fois-ci. «Il y a toujours ce ralentissement général à cette période de l'année», a déclaré un scientifique spécialiste de la qualité de l'air à la NASA.

Une fausse carte du dioxyde de soufre provoqués par les crémations à Wuhan

Une carte prétend montrer des niveaux anormalement élevés de dioxyde de soufre provoqués par la crémation de cadavres, dans l'épicentre de l'épidémie du nouveau coronavirus. C'est faux, cette carte basée sur des données de la Nasa montre des prévisions d'émissions.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!