Les boules Lindor se retrouvent chocolat

Actualisé

Les boules Lindor se retrouvent chocolat

Le Tribunal fédéral a refusé de placer sous la protection du droit des marques la forme de ses boules fondantes «Lindor».

Ses concurrents ne peuvent être privés du droit de fabriquer des produits qui pourraient leur ressembler.

Enveloppées d'un papier de cellophane, les formes aux couleurs rouge et bleu restent exclues de la protection particulière que réclamait le chocolatier zurichois. Mon Repos lui rappelle que les balles, billes et autres sphères appartiennent au domaine public, au regard du droit des marques.

En vain, Lindt s'était appuyé sur les résultats de sondages pour tenter de faire fondre les juges fédéraux. Mais ceux-ci relèvent que les chocolats Lindor ne remplissent pas les exigences distinctives posées par la loi.

Leur emballage n'a rien d'original. Il ressemble à celui qu'utilisent de nombreux fabricants pour enrober des bonbons, pralinés et autres douceurs.

En juin dernier, Lindt & Sprüngli avait eu plus de chance avec son renne en chocolat, qui fait désormais partie des espèces protégées. Le Tribunal administratif fédéral (TAF) lui avait accordé le privilège d'être reconnu en tant que marque tridimensionnelle. (ats)

Ton opinion