Tendance: Les bouquins se dévorent aussi avec les oreilles
Actualisé

TendanceLes bouquins se dévorent aussi avec les oreilles

Le livre audio est en plein essor. Quelques pistes pour découvrir ce support ludique et pratique.

par
eco/sbi
On a désormais le choix entre les supports papier et audio pour apprécier l'œuvre d'un écrivain.

On a désormais le choix entre les supports papier et audio pour apprécier l'œuvre d'un écrivain.

Le Salon du livre s'ouvre ce mercredi à Genève. Depuis quelques éditions, la présence des ouvrages sous forme audio est toujours plus marquée sur les stands des éditeurs comme en librairie. Chez Gallimard, on apprend que la collection Ecoutez lire, créée en 2005, «n'est pas uniquement destinée aux malvoyants, mais correspond à une demande croissante du grand public».

Parmi les amateurs, l'un dévore le best-seller «Millenium» en faisant du jogging ou en voiture et cette autre est ravie d'écouter tout Proust lu par des acteurs célèbres. Certaines nouveautés sortent même en version lue conjointement avec la version papier. Seule différence, le prix: environ 20% plus élevé pour le support CD.

Presque tous les grands éditeurs français ont maintenant une collection ad hoc; certains sont même spécialisés (Frémeaux, Thélème). Pourtant, selon l'Office du livre, l'audio représente moins de 1% du marché romand, avec un demi- million de francs. «Les pays anglophones et germano­phones, dont la Suisse alémanique, sont plus en avance», estime cet important distributeur suisse.

Au-delà des notions culturelles, on peut supposer que ce décalage est aussi dû au téléchargement malaisé des ouvrages francophones en format MP3 sur le Net (iTunes, par exemple) depuis la Suisse pour des raisons de droits d'auteur. Si l'on veut contourner cette tracasserie, à l'heure actuelle, il suffit d'acquérir, en France, une carte prépayée pour l'un des magasins en ligne.

Les comédiens donnent de la voix

L'avantage non négligeable du livre audio est de profiter de comédiens rompus à l'exercice. Pour beaucoup, ils viennent de la Comédie-Française, brûlent les planches, savent parler. Parmi les plus assidus, on retrouve Bruno Podalydès, Lambert Wilson, Isabelle Carré (la voix de «La jeune fille à la perle»). Plus occasionnellement, on peut écouter Juliette Binoche, Richard Bohringer ou Pierre Arditi lisant... Metin Arditi. N'oublions pas qu'enregistrer un livre prend du temps, comme le prouve Dominique Blanc. Sa lecture de «Trois femmes puissantes» de Marie N'Diaye, le dernier Goncourt, dure 9 h 15. Le must reste l'intégrale d'«A la recherche du temps perdu» de Proust.

A l'écoute, en anglais dans le texte

Les Anglo-Saxons ont une longue pratique des livres audio. Rien de tel, pour se familiariser avec la langue de Shakespeare, que d'en adopter quelques-uns. D'autant que les acteurs s'en donnent à cœur voix! Sur silksoundsbooks.com, la liste est impressionnante, de Natascha McElhone à Jeremy Northam et Rufus Sewell. Sur Storyline, on peut suivre directement le texte sur son écran (avec sous-titres!), raconté par exemple par la voix de Dark Vador, James Earl Jones.

Un support idéal pour les enfants

S’il est loin le temps de Gérard Philipe récitant «Pierre et le loup», les enregistrements pour enfants n’ont jamais failli. Craquons sur les valeurs sûres, comme «Les malheurs de Sophie», lu par Macha Méril (32 fr. chez Payot), la série des «Martine» ou Marlène Jobert lisant des contes classiques (dès 20 fr. 50 chez Payot).

Ton opinion