Marchés financiers: Les Bourses repartent à la hausse
Actualisé

Marchés financiersLes Bourses repartent à la hausse

Après un début de séance en repli mercredi, les Bourses européennes sont passées dans le vert à la mi- journée.

Les Bourses européennes ont abandonné un peu de leur prudence sous l'effet de l'annonce par la Chine d'une baisse des réserves obligatoires de ses banques, et de rumeurs autour de la BCE.

Peu après 13h00, Paris gagnait 0,84%, Francfort de 1,65%, Londres de 0,95%, Madrid de 0,84% et Milan de 1,19%. Le marché suisse était, lui, tout juste positif.

Affectées en début de matinée par la dégradation de la note des grandes banques par Standard & Poor's, les valeurs bancaires remontaient la pente. A Paris, BNP Paribas gagnait 0,04% et Crédit Agricole 0,66%, mais Société Générale perdait 0,58%. A Francfort, Deutsche Bank progressait de 1,30% et Commerzbank de 1,35%. UBS progressait de 0,7% et Credit Suisse de 1,5%.

La banque centrale chinoise a annoncé mercredi une baisse de 0,5 point de pourcentage des réserves obligatoires des banques, ce qui leur permettra de prêter davantage alors que l'inflation a entamé un reflux. Un tel assouplissement de la politique monétaire chinoise était attendu, Pékin ayant enfin commencé à marquer des points dans sa lutte contre l'inflation.

Rumeurs sur la BCE

Outre cette décision chinoise, «il y a quelques rumeurs autour de la Banque centrale européenne (BCE) qui serait ouverte à une baisse des taux ou prête à racheter plus d'obligations», a expliqué Dov Adjedj, vendeur d'actions chez Aurel BGC.

Dans l'attente d'une série de statistiques américaines (emploi dans le secteur privé, activité industrielle dans la région de Chicago et promesses de ventes de logements), la prudence affichée en début de séance n'était pas totalement effacée, comme en témoignait à la Bourse de Paris la faiblesse des volumes de transactions ou la rechute de l'euro face au dollar.

Le marché avait en effet un peu accusé le coup en début de séance après l'annonce de Standard & Poor's et la décision prise par les ministres des Finances de la zone euro, réunis mardi soir à Bruxelles, de se tourner davantage vers le Fonds monétaire international (FMI) pour aider à enrayer la crise de la dette.

Pour les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC, «nous sommes donc face à un risque important de déception sachant que les décisions majeures ne pourront pas être prises avant le sommet européen du 8-9 décembre».

(ats/afp)

Ton opinion