Actualisé 24.05.2019 à 12:51

Genève

Les braqueurs lituaniens prennent plus de cinq ans

Le quatuor a été condamné à plusieurs années de prison ferme et à l'expulsion du territoire. Le procureur a été largement suivi dans ses conclusions.

de
Maria Pineiro
Les braqueurs ont été condamnés à plusieurs années de prison ferme.

Les braqueurs ont été condamnés à plusieurs années de prison ferme.

Keystone/Salvatore di Nolfi

Le procureur avait demandé six ans pour tous. Au final, trois des quatre braqueurs lituaniens d'une bijouterie (lire encadré) ont été condamnés vendredi à 5 ans et 6 mois de prison. Le dernier, a écopé d'une peine privative de liberté de 4 ans et 6 mois. Tous, par contre, seront expulsés à la fin de leur peine, pour une durée de dix ans. La cour a justifié cette différence de traitement par le fait qu'un des prévenus a collaboré avec la justice, permettant au Ministère public d'y voir plus clair, notamment sur les préparatifs du casse.

Pour ce qui est des considérants, le Tribunal correctionnel a largement suivi le réquisitoire du procureur, jugeant peu crédibles les déclarations des braqueurs. Il a reconnu le professionnalisme de la bande, recrutée pour les «qualités» de ses membres, dont les antécédents, à part une exception, sont lourds. Les magistrats n'ont pas jugé crédible la version des braqueurs qui avaient déclaré à l'audience être venus en France, pensant y trouver un travail légal. La cour a également estimé que les malfrats avaient pris le temps nécessaire à une méticuleuse préparation, avec l'aide d'un contact sur place, suivie d'une mise en pratique ordonnée, n'usant que de la violence nécessaire à l'atteinte de leur but.

Les magistrats ont donc rejeté la thèse avancée par les défenseurs des prévenus, jugeant les prévenus comme des professionnels, et non des pieds nickelés toxicomanes.

Casse éclair

Le 31 mai 2018, les quatre auteurs présumés d'un casse à la Corraterie sont arrêtés. Les suspects étaient notamment cachés dans une boucherie et une boutique de téléphonie du centre-ville. Le méfait s'est déroulé en moins de deux minutes. Les voleurs ont frappé une femme et utilisé une arme factice. Ils se sont fait remettre de l'argent et ont brisé les vitrines afin de s'emparer de montres de luxe avant de fuir à pied. Seule une partie du butin a été retrouvée.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!