Actualisé 12.10.2008 à 04:44

Sur fond de crise financière

Les budgets cantonaux en bonne santé

L'évolution positive des budgets cantonaux constatée l'an dernier se confirme. La majorité des gouvernements annoncent pour 2009 des comptes globalement bénéficiaires, de l'ordre d'un demi-milliard de francs, soit trois fois moins que la Confédération.

Les développements de la crise financière sont cependant suivis de près. Mais de toute façon, «quand un budget est voté, on fait ensuite avec», rappelle à l'ATS Claude Lässer, conseiller d'Etat fribourgeois en charge des finances.

Fiscalité des entreprises

L'un des points cruciaux du budget réside, dans le cas de la crise actuelle, dans l'imposition des personnes morales. Le grand argentier fribourgeois, qui est également vice-président de la Conférence des directeurs cantonaux des finances, précise que son canton en a tenu compte.

«Nous n'avons pas compté l'imposition à son maximum» dans le budget 2009, explique M. Lässer. Même son de cloche du côté de Neuchâtel, où Jean Studer, responsable des finances, précise que son canton a tenu compte d'une baisse de la fiscalité des banques. Pour le reste, il n'y a pas de modification en vue.

De nombreux gouvernements espèrent encore bénéficier de la bonne conjoncture. M. Lässer dresse d'ailleurs un tableau rassurant: «Le système bancaire est sain, les banques cantonales aussi et le gros de la crise à l'UBS semble résolu», décrit-il.

Mais la situation n'est pas pareille dans tous les cantons. Zurich fait ainsi les prévisions les plus pessimistes. Le canton prévoit un déficit de 90 millions de francs. D'ici 2012, l'addition devrait être encore plus salée et s'élever à 512 millions.

Dans la capitale économique, les raisons de cette évolution sont multiples: l'augmentation des salaires des employés de l'Etat, la crise et la nouvelle péréquation financière fédérale (RPT). Cette dernière augmente à elle seule les dépenses zurichoises de 86 millions de francs par an.

Quatre cantons aussi dans le rouge

Quatre cantons affichent également des chiffres rouges mais dans une moindre mesure. Schwyz annonce un excédent de dépenses de 74 millions de francs, Saint-Gall de 27,5 millions, Neuchâtel de 12,1 millions et Bâle-Campagne de 3,2 millions.

Le gouvernement neuchâtelois note cependant que ce résultat correspond aux objectifs fixés. Cette amélioration provient entre autres de la restructuration des services de l'administration, qui a permis d'économiser 23 millions de francs.

Berne et Bâle-Ville en tête

Tous les autres cantons dont le budget est connu tablent sur un bénéfice pour 2009. A Berne, le bonus atteint même 270 millions de francs. Le gouvernement s'attend en effet à quelque 300 millions de recettes fiscales en plus.

L'autre grand bénéficiaire devrait être Bâle-Ville, qui planifie un excédent de recettes de 131 millions de francs. A l'image de Berne, le gouvernement mise sur la bonne conjoncture pour augmenter ses recettes totales, qui s'élèvent à 4,39 milliards.

Le canton relève qu'il sera aussi touché par la crise financière mais estime que ces pertes pourront être compensées par le bon développement des affaires du secteur pharmaceutique. La baisse des impôts n'aura également aucune incidence fâcheuse sur le résultat.

Retour au noir à Genève

Genève annonce quant à lui un bénéfice pour 2009, après avoir annoncé des budgets déficitaires durant des années. Le gouvernement prévoit un excédent de 68,1 millions de francs. Ce résultat devrait être atteint malgré la prévision d'un ralentissement de la croissance à 1,2 % du produit intérieur brut.

Le Valais, le Jura, Fribourg et Vaud prévoient eux aussi un bénéfice pour 2009. Celui-ci est cependant très variable puisque si le Conseil d'Etat valaisan table sur 56,1 millions d'excédent, le gouvernement jurassien articule un excédent de 36 000 francs. A Fribourg, il devrait être de 700 000 francs et dans le canton de Vaud de neuf millions.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!