Rachat par Saint-Gobain: Les cadres de Sika contestent toujours

Actualisé

Rachat par Saint-GobainLes cadres de Sika contestent toujours

Dans une lettre adressée au directeur de Saint-Gobain, des responsables jugent lacquisition trop risquée.

La Comco et la Commission européenne avaient donné leur feu vert le mois dernier.

La Comco et la Commission européenne avaient donné leur feu vert le mois dernier.

Les cadres de Sika contestent toujours la prise de contrôle du groupe zougois de spécialités chimiques par Saint-Gobain. Ils ont adressé mardi une nouvelle lettre dans ce sens à Pierre-André de Chalendar, le patron du géant industriel français, exhortant ce dernier à reconsidérer ses projets.

«Nous ne pouvons pas comprendre qu'une société réputée telle que Saint-Gobain choisisse une approche aussi aventureuse pour acquérir une autre compagnie», écrivent les cadres de Sika dans une missive. Ils estiment que l'opération pose de très grands risques pour toutes les parties.

Suppressions d'emplois

Le courrier a été signé par 140 cadres supérieurs sur un total de 160 responsables de pays et de divisions, a précisé Dominik Slappnig, porte-parole de Sika. La direction du groupe, qui a déjà fait connaître sa position à plusieurs reprises, n'a quant à elle pas pris part à l'initiative.

Les directeurs au niveau des pays sont en effet très conscients de la concurrence directe que représente Saint-Gobain, explique Dominik Slappnig. Vu le prix de la transaction, le géant français doit trouver des synergies, ce qui aura pour conséquence des suppressions d'emplois à l'extérieur de l'Hexagone, ajoute-t-il.

Feux verts

Dans leur lettre, les cadres ont notamment contesté les déclarations selon lesquelles Sika aurait confirmé les synergies. «La vérité est que nous ne voyons aucune synergie réalisable, mais même des «dé-synergies» selon la structure de la transaction proposée», ont-ils affirmé.

«Le fait que les autorités de la concurrence dans plusieurs pays ne s'opposent pas à la transaction n'a rien à voir avec le fait que nous soyons concurrents. Cela signifie seulement que même en tant que société réunie, nous n'atteindrions pas une position dominante dans ce marché hautement fragmenté», ont-ils argumenté.

Pour rappel, l'opération a obtenu le feu vert de la Commission européenne en juillet. Mi-septembre, en Suisse, la Commission de la concurrence (Comco) a donné son aval.

Dix mois d'opposition

Le groupe français de matériaux de construction et une partie des dirigeants de Sika s'affrontent depuis maintenant dix mois autour de l'offre faite aux héritiers du fondateur de Sika. Les cadres de la société de Baar appellent le patron de Saint-Gobain à engager un «dialogue constructif» avec les dirigeants de Sika pour trouver une meilleure alternative pour les deux firmes et leurs actionnaires.

Pour rappel, en décembre dernier, Saint-Gobain avait proposé 2,75 milliards de francs à cinq membres de la famille fondatrice Burkard pour racheter leurs parts. Celles-ci se montent à 16,1% du capital mais représentent 52,4% des droits de vote.

Cette offre doit permettre à Saint-Gobain de prendre le contrôle du groupe zougois sans avoir à lancer d'offre publique d'achat. Mais elle s'est heurtée à une vive opposition d'une partie des dirigeants de Sika ainsi que d'actionnaires minoritaires, telles que la fondation Bill & Melinda Gates. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion