Actualisé 29.06.2020 à 08:11

Santésuisse

«Les caisses sont prêtes pour une deuxième vague»

Dans une interview accordée à «Blick», le président de la faîtière des assureurs, Heinz Brand, estime que le système de santé peut encore être optimisé.

«En Suisse, il y a encore un potentiel d'économies considérables dans les hôpitaux», selon le président de la faîtière des assureurs Santésuisse Heinz Brand. La crise du coronavirus a montré, selon lui, que l'offre pouvait être améliorée.

«Dans le secteur des soins intensifs, l'éventail des services est trop restreint, alors qu'il est trop large pour les hôpitaux traditionnels», détaille le Grison lundi dans «Blick».

Plus de flexibilité

En outre, le secteur hospitalier en général doit devenir plus dynamique et être capable de s'adapter plus rapidement à l'évolution de la demande, explique Heinz Brand. «Aujourd'hui, il est important que le personnel et les équipements puissent être utilisés de manière plus flexible.»

Concernant les primes d'assurance maladie, Heinz Brand promet qu'elles ne vont pas augmenter à cause du coronavirus. Les assureurs ont constitué des réserves au fil des ans qu'ils pourront utiliser pour couvrir d'éventuels coûts supplémentaires. «Les caisses sont également prêtes financièrement pour une deuxième vague», assure Heinz Brand.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
56 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

La Migration

29.06.2020 à 11:38

Bienvenue la pauvreté.

Vince1228

29.06.2020 à 11:08

On en reparlera des augmentations... Mon petit doigt me dit tout le contraire!

rasleboldetrepoire

29.06.2020 à 11:00

Bien sûr les premiers malades du covid ont payé eux même leurs tests et les autres malades n'ont plus consultés alors avec 3 mois d'économies les caisses n'ont même pas baisser les salaires des dirigeants.