Braquage au Brassus (VD): Les cambrioleurs sont toujours en fuite
Actualisé

Braquage au Brassus (VD)Les cambrioleurs sont toujours en fuite

Le bâtiment qui abrite les pièces historiques de l'horloger Audemars-Piguet a été braqué cette nuit. Les voleurs ont emporté avec eux des objets de valeur.

par
tpi
Audemars-Piguet est actuellement en train de procéder à l'inventaire des objets dérobés.

Audemars-Piguet est actuellement en train de procéder à l'inventaire des objets dérobés.

Le musée de la marque Audemars-Piguet, installé au Brassus, a été la cible d'un larcin, perpétré dans la nuit de mardi à mercredi, aux environs de 4 heures du matin. «En passant devant le bâtiment ce matin, j'ai pu constater que les cambrioleurs étaient entrés dans le musée par la fenêtre», explique un homme. «Je sais que le groupe d'intervention spécial de la police a été alerté, mais par contre je ne sais pas s'ils ont pu attraper quelqu'un.» Les gendarmes sont d'ailleurs toujours sur place pour les besoins de l'enquête.

Dans un communiqué diffusé en début d'après-midi, la police cantonale vaudoise confirme l'infraction. Elle ne donne en revanche aucun détail sur le nom de la manufacture braquée. En revanche, les gendarmes précisent que les brigands ont pénétré dans le musée en brisant une fenêtre du premier étage qu'ils ont atteinte grâce à une échelle. Ils ont ensuite pris la fuite en direction de la France, non sans avoir emporté «plusieurs objets de valeur», selon les termes du communiqué. Un dispositif de recherche a été mis en place pour retrouver les fuyards. Mais aucune interpellation n'a été prononcée pour le moment.

La valeur du butin reste inconnue

Chez Audemars-Piguet, l'heure est à l'inventaire. «Nous ne pouvons pas encore articuler un chiffre quant à la valeur des objets dérobés», affirme la porte-parole de l'entreprise Juliane Gauthier. Toutefois, les pièces qui sont exposées dans le musée sont toutes exceptionnelles, si ce n'est uniques. Le butin devrait donc être conséquent.

La chargée de communication précise en outre que les voleurs n'ont visité qu'une seule salle du musée, faisant voler les vitrines blindées en éclats. Les malfrats seraient restés moins de cinq minutes sur place, s'enfuyant quelques secondes avant l'arrivée de la police, alertée par l'important dispositif de sécurité des lieux. Des caméras, des alarmes et des employés de sécurité étaient en faction au moment du braquage.

Vols en série

Il y a trois ans, une vague de cambriolages avait touché les manufactures horlogères de l’arc jurassien. En septembre et octobre, des professionnels du grand banditisme s’en étaient pris à Jaeger-LeCoultre, au Sentier (VD), avec une voiture bélier. Le Musée Girard-Perregaud de La Chaux-de-Fonds (NE) avait également été visité. Dans le cas du Sentier, il s’était avéré que les cambrioleurs appartenaient au milieu marseillais. Des receleurs avaient été pincés en Espagne. L’un d’eux portait une montre volée chez Jaeger-LeCoultre lors de son arrestation.

Ton opinion