Actualisé 27.07.2012 à 09:27

Fédération française de football

Les cancres des Bleus passent en commission

La commission de discipline de la FFF s'est réunie vendredi pour étudier le cas des quatre Bleus, à qui elle reproche diverses entorses aux règles de l'équipe de France pendant l'Euro 2012.

Samir Nasri est le seul à avoir été vu pas des journalites.

Samir Nasri est le seul à avoir été vu pas des journalites.

Samir Nasri, Jérémy Ménez, Hatem Ben Arfa et Yann M'Vila risquent des matches de suspension en Bleu, mais peuvent tout aussi bien avoir droit à une simple remontrance.

Des quatre joueurs, seul Samir Nasri a été vu par les journalistes quittant le siège de la FFF en voiture une demi-heure seulement après le début de la réunion. Les joueurs avaient la possibilité d'être représentés par leur avocat. Celui de Jérémy Ménez, Carlo Alberto Brusa, s'est présenté devant la presse avant la réunion: «Ménez est anxieux. J'espère que la commission prendra en compte les regrets profonds qu'il a déjà communiqués», a-t-il dit.

Le but de Nasri

L'attaquant du Paris Saint-Germain, en tournée aux Etats-Unis avec son club, est soupçonné d'avoir insulté l'arbitre du quart de finale entre la France et l'Espagne et d'avoir vivement rabroué son capitaine et gardien Hugo Lloris au cours du match. Il avait indiqué jeudi dans les colonnes du journal «L'Equipe» avoir adressé une lettre d'excuses à la FFF. Les trois autres joueurs se voient reprocher divers écarts de conduite pendant l'Euro en Ukraine et en Pologne.

Nasri risque la plus grosse sanction

Samir Nasri doit répondre des accusations les plus lourdes puisqu'il s'est signalé tout au long de la compétition par ses démêlés avec la presse. L'échange acerbe entre Hatem Ben Arfa et l'ex-sélectionneur Laurent Blanc en marge du match France-Suède vaut également un passage en commission au joueur de Newcastle.

Le dossier le moins lourd est celui de Yann M'Vila. Le milieu de terrain de Rennes doit expliquer pourquoi il s'est dispensé de serrer la main de Laurent Blanc et de son remplaçant Olivier Giroud au moment de quitter le terrain lors du revers contre l'Espagne. Laurent Blanc, qui a été remplacé depuis par Didier Deschamps, est également invité à livrer sa version des faits, mais n'est pas tenu d'être présent.

Les joueurs auront dix jours pour faire appel d'éventuelles sanctions. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!