Actualisé 09.01.2009 à 15:39

Libre circulation

Les cantons disent oui à l'unanimité

La campagne sur la reconduction de la libre circulation des personnes avec l'Union européenne (UE) a suscité une avalanche de prises de position.

Des cantons aux employés de commerce, en passant par le monde académique, chacun y est allé de son communiqué.

La Conférence des gouvernements cantonaux soutient à l'unanimité les accords de libre circulation et leur extension à la Roumanie et à la Bulgarie. Dans un contexte économique difficile, la Suisse ne peut se permettre un non le 8 février, estime-t-elle.

Refus dramatique

«Un refus et la chute des accords bilatéraux avec l'UE qui en résulterait seraient dramatiques sur le plan tant économique que politique», a souligné la conférence vendredi devant la presse. Après six ans d'expérience avec l'accord sur la libre circulation des personnes et plus de quatre ans avec les mesures d'accompagnement, les cantons estiment que «le régime a tenu ses promesses».

L'économie suisse a pu profiter des chances qui s'offraient à elle, tandis que l'immigration, restée constamment sous contrôle, a évolué conformément aux besoins, selon la conférence des gouvernements cantonaux. Les salaires n'ont pas été cassés et le chômage n'a pas augmenté.

Le monde académique prône aussi le «oui». La voie bilatérale a permis aux universités et aux hautes écoles suisses de participer aux programmes de recherche européens, soulignent une soixantaine de personnalités.

Parmi elles, on trouve des recteurs d'universités et des responsables du Fonds national suisse de la recherche scientifique. La Société des employés de commerce dit également résolument «oui».

L'UDC martèle son opposition

A l'inverse, l'UDC, flanquée de représentants de la Lega et des Démocrates suisses a répété vendredi son opposition aux accords. Après avoir tergiversé des semaines sur l'attitude à adopter, le parti fait désormais le forcing pour décrocher le «non».

Il s'agissait vendredi de la 3e conférence de presse organisée en dix jours par l'UDC. Thème évoqué cette fois-ci: «la vague d'immigration liée à la libre circulation».

Au secours des corbeaux

Moins attendus, les défenseurs des oiseaux sont également sortis du bois vendredi. Ils se sont dits irrités par les affiches de l'UDC mettant en scène des corbeaux.

Or les corbeaux ne sont ni agressifs, ni rusés. Au contraire, ils sont intelligents, fidèles et même casaniers, clame l'Association suisse pour la protection des oiseaux (ASPO), qui s'est fendue d'un communiqué.

Pour sa campagne, l'UDC a choisi l'image de trois corbeaux s'attaquant à la Suisse. Selon le parti, ces oiseaux «agressifs et voleurs» symbolisent les dangers que l'extension de la libre circulation à la Roumanie et la Bulgarie fait peser sur la Suisse.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!