Actualisé 29.06.2020 à 18:43

Suisse

Les cantons pas encore prêts à rendre le port du masque obligatoire

Le ministre de la santé Alain Berset a rencontré lundi ses homologues des cantons. Ces derniers disposent d'un arsenal de mesures pour contrer une évolution négative de la pandémie.

Le ministre de la santé Alain Berset a rencontré lundi ses homologues des cantons. Ces derniers ont la main pour éviter une flambée des cas de Covid-19, mais ils ne sont pas encore prêts à rendre le port du masque obligatoire dans les transports publics.

Préparer la situation avant les vacances

Le but de cette rencontre, prévue de longue date, était de préparer la situation avant les vacances, a expliqué le conseiller fédéral devant la presse. La situation extraordinaire ayant pris fin le 19 juin, les cantons ont la responsabilité pour lutter contre une recrudescence de cas de Covid-19. Ils disposent d'un arsenal de mesures pour contrer une évolution négative.

Les cantons à nouveau maîtres de leur destin

Les cantons ont la possibilité en cas d'évolution négative de fermer des établissements, de réduire le nombre de personnes qui ont le droit de se rassembler. Ils peuvent aussi prendre des mesures pour obliger le port du masque dans les transports publics.

La rencontre avec le conseiller fédéral a aussi porté sur le port du masque, a relevé Lukas Engelberger, président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé. Si la situation devait se détériorer, de telles mesures pourraient être prises en tout cas de manière régionale et en discussion avec les entreprises de transports publics. Une coordination au niveau national pourrait aussi être décidée. Mais aucune obligation n'a encore été élaborée.

Aucune raison de paniquer

Le nombre de cas augmente, a reconnu Alain Berset. Mais il n'y a pas de raison de paniquer à ce stade. L'augmentation du nombre de tests explique aussi la hausse du nombre de cas, même si on constate un relâchement dans certaines situations.

OFSP

Les plans de protection et le traçage des contacts jouent un rôle primordial. Le conseiller fédéral croit aussi en l'efficacité de l'application SwissCovid. Dix pour cent de la population l'a téléchargée. Ces téléchargements doivent se poursuivre, selon lui.

Concernant les restrictions aux frontières, des travaux sont en cours en coordination avec les pays voisins, a ajouté Alain Berset.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
26 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Rick

30.06.2020 à 22:01

Bon alors on continue comme avant. Chacun se protège s'il en a envie et s'il ne veut pas tomber malade. Comme avec le port du préservatif.... N'oubliez pas, faut relancer l'économie post semi non confinement!

Chouchou

30.06.2020 à 16:27

Des petits (es) (Monsieur/madame) ces conseillers Federaux. que des conneries. la premiere ne pas avoir fermé les frontieres en debut fevriet et la seconde maintenant ouvrir les frontières aux chinois et ne pas imposer le masque dans les lieux publiques. Une jolies vagues va arriver sous peu. Alors la l'economie va en prendre un (très grand coup)

Anita

30.06.2020 à 16:21

Le Conseil Fédéral a toujours répété que seules les personnes malades doivent porter le masque pour protéger les autres. Les personnes que l'on rencontre dans la rues masquées sont donc logiquement atteintes du COVID-19 et elles ont raison de se masquer si elles sortent de chez elles, ce que d'ailleurs elles ne devraient pas faire si elles sont malades. Si le CF désire rendre le masque obligatoire, il faudra donc qu'il affirme clairement que toutes les personnes bien portantes devront le porter, ce qui n'est pas encore le cas et donc il est normal que tant de personnes n'en portent pas. Mais avant il faudrait avant peut-être interdire les rassemblements de toutes sortes, manifestations, fermer les boîtes de nuit et être fermes sur les fêtes nocturnes sur la voie publique. Après il sera peut-être crédible de parler du masque pour tous.