Coronavirus: Les cantons romands ferment les uns après les autres
Publié

CoronavirusLes cantons romands ferment les uns après les autres

Si les cantons romands adoptent les mesures les plus restrictives, des cantons alémaniques resserrent également la vis et annoncent de nouvelles mesures.

Les Suisses attendent les tests rapides promis par le Conseil fédéral mercredi dernier.

Les Suisses attendent les tests rapides promis par le Conseil fédéral mercredi dernier.

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Le canton de Vaud prononce l’état de nécessité et Fribourg ferme à son tour restaurants et institutions mardi. Selon Virginie Masserey de l’Office fédéral de la santé publique: «Les hôpitaux pourraient atteindre leurs limites d’ici cinq jours.»

Après le Jura, Genève et Neuchâtel, Vaud et Fribourg ferment les établissements publics et autres infrastructures. Le Valais avait montré la voie il y a deux semaines avec des restrictions d’horaires pour les restaurants, en même temps que la fermeture des lieux culturels notamment.

Le canton de Vaud prononce l’état de nécessité: musées, cinémas, salles de théâtre, de sport, fitness, restaurants seront fermés dès mercredi 17h00 et jusqu’au 30 novembre. Les réunions publiques et privées sont autorisées jusqu’à 5 personnes. Le port du masque est généralisé dans les espaces clos.

Les écoles, crèches et garderies resteront ouvertes, ainsi que les entreprises de soins à la personne. Le sport pour les enfants constitue une autre exception.

Le canton de Fribourg ferme lui aussi dès mercredi à 23h00, et jusqu’au 30 novembre, restaurants, bars, théâtres, cinémas, musées, centres de loisirs et de fitness ainsi que piscines. «Il faut casser les chaînes de transmission, sinon nous allons vers la catastrophe», a averti la présidente du Conseil d’Etat Anne-Claude Demierre.

Le canton de Fribourg déplore 48 décès depuis le 1er octobre. Mardi, l’Hôpital fribourgeois comptait 180 malades du Covid-19, contre 130 vendredi. Dans ce canton, le taux de positivité des tests est de 50%.

VS: cliniques appelées à l’aide

En Valais, l’ensemble des cliniques du canton sont appelées à venir en aide à l’Hôpital du Valais et prendre en charge des patients non Covid-19. Cette manœuvre devrait permettre à l’établissement d’accueillir davantage de patients infectés par le virus. Les transferts commencent ce mardi.

Avec 240 patients hospitalisés au Centre hospitalier du Valais romand, le seuil fixé a été atteint «pour solliciter des renforts externes».

Limite atteinte d’ici cinq jours

A Berne, Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l’infection de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), n’était guère plus rassurante. La limite dans les hôpitaux suisses pourrait être atteinte dans cinq jours, a-t-elle souligné.

Il y a une légère tendance au ralentissement dans l’augmentation des nouvelles infections. Mais l’évolution de cette pandémie reste préoccupante, selon elle.

Il faut absolument que les nouvelles contaminations diminuent assez vite afin que l’impact se manifeste au niveau des soins intensifs. Pour cela, il faut compter une dizaine de jours, estime la médecin.

Assez de respirateurs

Les cas nécessitant des appareils d’assistance respiratoire sont aussi en augmentation. Pour l’instant, les établissements en disposent suffisamment et l’armée a des réserves suffisantes. Certains cantons ont demandé des appareils supplémentaires à l’armée, a poursuivi Virginie Masserey.

Des soldats vont à nouveau être déployés dans les hôpitaux suisses, a dit mardi le porte-parole de l’armée Daniel Reist sur les ondes de la radio SRF. La semaine dernière, l’armée a demandé à environ 5000 membres de l’armée s’ils voulaient se porter volontaires pour de telles missions.

Les 200 premiers membres de l’armée seront recrutés mercredi. Le Conseil fédéral doit se prononcer via un arrêté si un déploiement était décidé; la décision pourrait être prise mercredi.

En Suisse alémanique aussi

En Suisse alémanique, plusieurs cantons ont aussi annoncé de nouvelles mesures mardi. Après Schwytz et Obwald, Uri et Nidwald réduisent le nombre maximal de personnes par événement à 30 au lieu de 50. Tel est déjà le cas à Schwytz et Obwald.

Lucerne et Schaffhouse réduisent, voire renvoient les opérations non indispensables dans les hôpitaux pour solliciter davantage de personnel et de place aux soins intensifs. Les Grisons se rangent, eux, dans le camp majoritaire des cantons introduisant le port généralisé du masque à l’école secondaire.

La Suisse comptait mardi 6126 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique. Septante-deux décès supplémentaires sont à déplorer et 316 malades ont été hospitalisés.

Le taux de positivité des tests s’élève à 27,65%. Le pays dénombre par ailleurs 39’951 personnes en isolement et 31’906 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine comme 10’651 autres personnes revenant de voyage d’un pays à risque.

(ATS/NXP)

Ton opinion