Tests rapides payants? - Les Cantons sont divisés quant à la proposition du Conseil fédéral
Publié

Tests rapides payants?Les Cantons sont divisés quant à la proposition du Conseil fédéral

La majorité des cantons adhère à l’idée de faire payer les tests rapides aux non-vaccinés. Mais certains estiment que le moment est mal choisi.

Le Conseil fédéral dira bientôt s’il maintient la stratégie des tests gratuits

Le Conseil fédéral dira bientôt s’il maintient la stratégie des tests gratuits

Raphael Moser / Tamedia AG

Consultés par le Conseil fédéral sur la future stratégie de test, les cantons ont rendu leur copie. La Confédération souhaite faire passer à la caisse les personnes non-vaccinées se faisant tester pour obtenir un certificat Covid, ainsi que pour les cinq autotests mensuels. Les avis des cantons sont plutôt positifs. Petit tour d’horizon.

Selon «Blick», les cantons de Zurich, Argovie, Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Fribourg, Grisons, Saint-Gall, Schaffhouse, Schwytz, Thurgovie, Zoug et du Valais sont favorables à rendre payants ces dépistages. Fribourg, en revanche, estime que l’âge jusqu’auquel les tests seraient gratuits devrait être augmenté à 16 ans, et non 12 comme le propose le Conseil fédéral.

Laisser un peu de temps pour se faire vacciner

Pour sa part, le Canton de Vaud accepte aussi la proposition, mais souhaiterait que son entrée en vigueur soit légèrement reportée, afin que, dès la décision formelle, les personnes qui opteraient alors pour la vaccination aient suffisamment de temps pour recevoir leurs deux doses et ainsi éviter le passage à la caisse.

Fribourg voudrait aussi une règle particulière pour les grands événements déjà planifiés. «Au vu des manifestations automnales déjà en voie d’organisation, la prise en charge des tests liés aux événements validés et annoncés devraient être financée jusqu’à la fin 2021», lit-on dans la réponse transmise par la Chancellerie d’Etat au Conseil fédéral. Le but est d’éviter un manque à gagner pour les organisateurs si leurs potentiels visiteurs non-vaccinés renoncent à venir en raison du coût.

«Ce n’est pas le moment»

Quelques cantons ne veulent pas en finir tout de suite avec la gratuité des tests. Toujours selon «Blick» Lucerne, Appenzell Rhodes-Extérieures, Appenzell Rhodes-Intérieures et Soleure souhaitent encore garder le système actuel. Raison généralement évoquée: cette décision serait prématurée et impliquerait une réduction du dépistage de la maladie, ce qui serait particulièrement mal venu au moment où la quatrième vague semble démarrer. En demandant de ne mettre à disposition seulement qu’un certain nombre de tests sans frais, Nidwald coupe la poire en deux.

Que faire des petits malins?

Des tricheurs pourraient simuler des symptômes pour ne pas mettre la main au porte-monnaie, aller se faire tester et obtenir le certificat. La cheffe du Département de la santé de Zurich, Natalie Rickli (UDC), suggère alors de ne pas délivrer de certificat aux personnes qui se sont fait tester en invoquant des symptômes. Le quotidien alémanique «Basler Zeitung» révélait mercredi que le canton de Bâle-Ville mettait sur la table une proposition allant dans le même sens.

Le Conseil fédéral prendra sa décision le 25 août, et la mesure pourrait entrer en vigueur le 1er octobre.

Des Lausannois réagissent à l’annonce du Conseil fédéral

(ami)

Ton opinion

228 commentaires