Sotchi 2014 - Ski alpin: Les centièmes ne sont toujours pas de son côté
Actualisé

Sotchi 2014 - Ski alpinLes centièmes ne sont toujours pas de son côté

Lara Gut a terminé 4e du super-G olympique, pour 0''07. C'est la troisième fois que la Tessinoise se retrouve chocolat dans un grand événement.

par
J.-Ph. Pressl-Wenger
Rosa Khutor

Manquer une médaille ou un titre fait toujours souffrir. D'autant plus si ceux-ci étaient à portée. Lara Gut continue de voir les centièmes jouer contre elle dans les manifestations d'envergure. Samedi, ce sont sept centièmes qui l'ont privée du bronze en super-G. «Je suis sûre que c'est la pire des places, et c'est la troisième fois que je m'y retrouve. » La Tessinoise avait déjà connu la difficile épreuve de terminer au pied du podium par deux fois. C'était aux Mondiaux 2011 à Garmisch-Partenkirchen en descente et en super-G. Lorsqu'on connaît l'esprit de compétition qui anime Lara Gut, la situation doit être encore plus pénible à gérer pour elle.

Meilleure Suissesse samedi, elle va certainement se demander où elle a perdu ce mètre soixante-neuf sur l'Autrichienne Nicole Hosp. Repasser dans sa tête non seulement sa course de samedi, mais peut-être aussi sa descente où le titre lui a échappé pour dix centièmes. Deux mètres soixante-sept derrière Dominique Gisin et Tina Maze, sur une piste de plus de 2700 mètres... De quoi grincer des dents malgré le bronze. «Il faut d'abord la laisser digérer cette situation, a expliqué son père et entraîneur Pauli Gut au terme du super-G. Il faudra bien discuter, elle aura besoin que je l'écoute. Ensuite il sera important de la garder bien occupée, pour ne pas qu'elle ressasse trop tout cela avant le géant de jeudi.»

La chaleur, encore…

La température, très élevée pour une épreuve de ski alpin (presque 10 degrés) , a joué des tours à beaucoup de concurrentes. Si sur la partie sommitale du tracé, la neige a réussi à rester plus ou moins compacte, la fin flirtait dangereusement avec le ski nautique. «C'était pour tout le monde la même chose, a reconnu Lara Gut. Mais ce n'est pas normal d'avoir de telles conditions pour les Jeux olympiques.»

Pour les compétitions à venir, aucune vague de froid n'est attendue dans le Nord du Caucase. Du coup le super-G messieurs de dimanche a été avancé d'une heure et les tactiques pour les géants se discutent déjà. «Il faudra bien tenir le choc en première manche, a imaginé Lara Gut, et espérer un miracle dans la deuxième.»

Ton opinion