Genève: Les centres funéraires, trop vétustes, seront rénovés
Actualisé

GenèveLes centres funéraires, trop vétustes, seront rénovés

La Ville de Genève va rénover ses trois centres funéraires. Coût de l'opération: 5,5 millions de francs.

«Les infrastructures funéraires de la Ville de Genève sont dans un état déplorable», a relevé jeudi devant la presse la conseillère administrative Esther Alder.

«Les infrastructures funéraires de la Ville de Genève sont dans un état déplorable», a relevé jeudi devant la presse la conseillère administrative Esther Alder.

La Ville de Genève lance un programme de rénovation complète de ses trois centres funéraires. Plus de 5,5 millions de francs seront investis d'ici 2017 avec à la clé la création d'un nouveau jardin du souvenir au cimetière Saint-Georges et la construction d'un colombarium à Châtelaine.

«Les infrastructures funéraires de la Ville de Genève étaient dans un état déplorable», a relevé jeudi devant la presse la conseillère administrative Esther Alder. Plusieurs incidents ont mis en lumière cette vétusté, notamment l'écroulement en 2012 d'un mur de l'enceinte du cimetière de Châtelaine qui avait endommagé des tombes.

Un crédit de 2,138 millions de francs a été voté par le Conseil municipal en 2013 pour la rénovation de Châtelaine. Les travaux entamés en novembre dernier doivent permettre la rénovation de la chapelle et des bâtiments de l'entrée. Un colombarium de 90 mètres de long destiné à accueillir 1080 urnes sera aussi construit. La fin des travaux est prévue pour février 2016.

Des catafalques réfrigérés

Au cimetière des Rois, il s'agit principalement de rénover les installations techniques de la chapelle et de remplacer les chambres froides par un nouveau système de catafalques réfrigérés. Ces estrades funéraires permettent d'entreposer les cercueils sans devoir refroidir toute la pièce. Un crédit de 3,38 millions doit encore être approuvé par le Conseil municipal.

Les autorités municipales veulent aussi redonner leur lustre d'antan aux bâtiments de l'entrée principale du cimetière Saint-Georges conçus par l«architecte John Camoletti à la fin du 19e siècle. La municipalité a par ailleurs déjà rénové le système de filtration des fours du crématoire.

Jardin du souvenir

La Ville de Genève va aussi mettre à disposition du public un nouveau jardin du souvenir à Saint-Georges. Cet espace balisé par une sculpture de l'artiste genevois Jo Fontaine permettra aux familles d'accomplir des rituels personnalisés. L'oeuvre en pierre représente un disque sur lequel ruisselle l'eau de pluie.

Il sera notamment possible d'y éparpiller des cendres ou d'enterrer des urnes biodégradables. Jusqu'à présent, les cendres étaient récoltées dans une cuve en béton. Ce nouveau jardin du souvenir sera inauguré en automne 2015.

Sept familles par jour

Les pompes funèbres de la Ville de Genève assurent environ 70% des obsèques sur l'ensemble du canton. Le reste est réparti entre des sociétés privées. Le canton veut d'ailleurs mieux encadrer ce type d'activité. Un projet de loi est actuellement en consultation.

En 2013, la Ville a traité 2555 deuils. En moyenne sept familles sont reçues quotidiennement à la Maison de la Concorde, qui abrite le service des pompes funèbres depuis 2011.

Son chef, Alexandre Breda, insiste sur la nécessité d'accueillir les familles endeuillées dans de bonnes conditions. Les conseillers funéraires assurent cette mission. Une étude à laquelle ont répondu 400 usagers du service a relevé le respect, la courtoisie et la ponctualité du personnel. (ats)

Ton opinion