Suisse/ Allemagne: Les CFF auront leurs «TGV»
Actualisé

Suisse/ AllemagneLes CFF auront leurs «TGV»

Les gros investissements se poursuivent aux CFF, qui veulent acquérir des trains à grande vitesse d'ici 2014.

Pour renforcer l'offre entre la Suisse et l'Allemagne, la compagnie ferroviaire veut acquérir des trains à grande vitesse pour plus d'un milliard de francs. Ces convois circuleront progressivement dès fin 2014.

L'appel d'offre devrait être lancé l'an prochain. Les futurs «TGV» suisses complèteront l'exploitation des ICE allemands entre les deux pays. Et ils atteindront «au moins le niveau de confort et de vitesse» de ces derniers, a promis vendredi le patron des CFF Andreas Meyer face aux médias réunis à Bâle.

La compagnie suisse disposera donc pour la première fois de trains à grande vitesse. Ceux-ci n'attendront toutefois leur vitesse de pointe qu'en Allemagne, où l'infrastructure le permet. Leur nombre reste par ailleurs encore à déterminer.

Déclaration d'intention

Cette modernisation et extension de la flotte est nécessaire. Les CFF et son homologue allemande DB ont signé vendredi une déclaration d'intention visant à renforcer le trafic ferroviaire entre la Suisse et l'Allemagne.

Les deux compagnies vont fonder une filiale commune chargée de proposer et de promouvoir la future offre en correspondances. Son siège se trouvera en terres helvétiques. Les CFF en seront majoritaires, avec une participation de 60%.

45 liaisons par jour

But visé: faire passer le nombre de liaisons entre les deux pays de 35 à 45 par jour. Bâle-Karlsruhe serait desservie dans chaque sens par 32 trains (25 aujourd'hui) dès 2022 et Zurich-Munich par 7 convois (4) dès 2016. La liaison directe Zurich-Stuttgart restera alimentée par 7 trains.

Les CFF et la DB entendent ainsi attirer 20'000 voyageurs par jour (12'500 actuellement) sur ces lignes et atteindre au moins 50% de part de marché par rapport aux autres modes de transport. Cet objectif est déjà atteint entre la Suisse et Paris, a rappelé Andreas Meyer qui s'est dit confiant dans le potentiel des liaisons avec l'Allemagne.

Pour en arriver là, l'extension et la modernisation en cours de certains tronçons allemands est nécessaire. A travers elles, le trajet entre Zurich et Munich sera raccourci de 40 minutes dès 2016 et ne durera plus que 3h30. Bâle ne se trouvera plus qu'à 2h30 de Francfort au lieu de 3h00 actuellement.

Les CFF ont annoncé en mai avoir passé commande de 59 trains à deux étages pour le trafic interne. Ceux-ci entreront en service dès fin 2013.

(ats)

Ton opinion