Bilan 2015: Les CFF sous pression à cause du franc fort
Actualisé

Bilan 2015Les CFF sous pression à cause du franc fort

Les CFF prévoient pour 2020 de réduire le niveau de leurs coûts de 550 millions de francs par rapport à 2014.

En 2015, les CFF ont transporté chaque jour 1,21 million de passagers en moyenne.

En 2015, les CFF ont transporté chaque jour 1,21 million de passagers en moyenne.

photo: Keystone

Le bénéfice des CFF a atteint 246 millions de francs en 2015, en baisse de 127 millions par rapport à l'année précédente. En cause, le franc fort qui s'est répercuté à hauteur de 80 millions de francs et l'entretien du réseau ferroviaire.

«Le contexte difficile» a pesé dans la balance, a déclaré le chef des CFF Andreas Meyer vendredi en conférence de presse à Berne. «Ce résultat n'est pas suffisant à long terme. La direction tient donc à maintenir le programme d'économies annoncé RailFit 20/30».

D'ici 2020, les CFF prévoient de réduire le niveau de leurs coûts de 550 millions de francs par rapport à 2014, puis de 1,75 milliard d'ici à 2030. L'ex-régie fédérale envisage pour ce faire de supprimer au moins 900 emplois d'ici à fin 2020.

L'an dernier, l'effectif a augmenté de 270 équivalents plein temps pour s'établir à 33'000 postes. Un nombre important d'emplois ont été créés dans les unités centrales, pour l'exécution de missions autrefois externalisées et pour la concentration de la formation au sein de l'unité Informatique.

Près de 1,21 million de passagers par jour

En 2015, les CFF ont transporté chaque jour 1,21 million de passagers en moyenne. Un record, selon le communiqué. La demande a notamment progressé sur les grandes lignes. Le bénéfice du trafic voyageurs a atteint 131 millions de francs, une progression de 27 millions par rapport à 2014.

La satisfaction des passagers s'est améliorée, avec un bémol en ce qui concerne la ponctualité. Des améliorations sont prévues dans ce domaine, assurent les CFF.

Les billets Mobile CFF sont toujours plus appréciés. En 2015, 34'000 tickets ont été achetés via l'application pour smartphones, soit 40% de plus que l'année précédente.

Malgré une baisse du nombre de clients de 14,6%, RailAway CFF clôture sur un chiffre d'affaires record de 87,7 millions de francs, notamment grâce à la commercialisation de voyages de plusieurs jours pour l'Expo 2015 de Milan. Plus de 32'000 personnes en ont profité, précise un communiqué publié vendredi.

Victimes de leur succès

Aujourd'hui, 101 trains roulent quotidiennement sur une voie principale des CFF. Jamais autant de trains n'ont circulé sur le réseau. L'entreprise doit, année après année, dépenser plus pour entretenir les infrastructures.

De plus, le réseau se développe constamment. CFF Infrastructure a enregistré un déficit de 96 millions de francs, c'est près de 30% de plus qu'en 2014. Les CFF expliquent ces pertes avant tout par un volume d'entretien supérieur à ce qui était prévu dans la convention sur les prestations conclue avec la Confédération.

Pertes et effets du franc fort

Les CFF ont dû s'adapter à la demande de la clientèle. Ils se sont retirés du segment des agences de voyages, concurrencé par les réservations en ligne. La gestion de la restauration à bord des trains a aussi été revue, et une demande trop faible a débouché sur la fermeture des Business Points de Berne et Genève, prévue fin mars. Dans ces trois secteurs, les pertes annuelles se sont élevées à environ 20 millions de francs.

CFF Cargo n'a pas pu confirmer les résultats positifs des exercices précédents et a accusé une perte de 22 millions de francs. CFF Immobilier réalise quant à lui un bénéfice plus faible de 395 millions par rapport à 2014.

Etat de la voie ferrée

Selon le rapport sur l'état du réseau publié vendredi, l'état de l'infrastructure ferroviaire est dans l'ensemble bon, voire suffisant. Aucune installation n'est dans un état critique, mais l'état de la voie ferrée est seulement qualifié de «suffisant». «En matière de sécurité, nous devons rester vigilants», a déclaré le chef des CFF Andreas Meyer. Il estime cependant que la sécurité est dans l'ensemble garantie.

Les défis qui attendent les CFF sont nombreux. M. Meyer souligne que les coûts du rail augmentent alors que d'autres moyens de transport ont des potentiels d'économie de 50 à 60%. Pour le trafic international, la concurrence se renforce avec les autocars à destination de l'étranger. Elle se fait déjà ressentir sur les axes Genève-Paris.

Le syndicat réagit

Le syndicat du personnel des transports (SEV) estime que des suppressions de postes, telles qu'elles sont prévues par la direction des CFF, ne sont pas réalistes. Au contraire, l'ouverture du tunnel de base du Gothard constitue «une extension dans tous les domaines opérationnels». Cela exige du personnel supplémentaire, estime-t-il.

Le SEV porte aussi une attention particulière à la sécurité dans les trains. Il exige deux accompagnants de train par composition ou par train sur la vieille ligne du Gothard. (nxp/ats)

Le syndicat réagit

Le syndicat du personnel des transports (SEV) estime que des suppressions de postes, telles qu'elles sont prévues par la direction des CFF, ne sont pas réalistes.

Au contraire, l'ouverture du tunnel de base du Gothard constitue «une extension dans tous les domaines opérationnels»: cela exige du personnel supplémentaire, estime-t-il.

Le SEV porte aussi une attention particulière à la sécurité dans les trains. Il exige deux accompagnants de train par composition ou par train sur la vieille ligne du Gothard.

(NewsXpress)

Ton opinion