Genève: Les CFF veulent agrandir la gare de Cornavin

Actualisé

GenèveLes CFF veulent agrandir la gare de Cornavin

La gare Cornavin, à Genève, doit être développée pour répondre à l'augmentation de la capacité de la ligne Lausanne-Genève.

Après avoir analysé plusieurs alternatives, dont un projet de gare souterraine, les CFF estiment que la meilleure solution reste une extension en surface au nord de Cornavin. Le projet implique toutefois la démolition de 140 logements dès 2020.

D'ici 2030, les CFF prévoient de doubler la capacité en places assises de la ligne LausanneGenève et d'augmenter l'offre en trafic régional. Pour réaliser ce développement «capital pour l'Arc lémanique», deux voies et un quai supplémentaires doivent être construits en gare de Genève Cornavin, ont annoncé mardi les CFF. Cette stratégie permet d'absorber tous les scénarios les plus optimistes de progression de la demande au-delà de 2050.

Deux variantes d'extension, dont les études sont financées par le canton de Genève, ont été analysées au nord de l'actuelle gare de Cornavin. Le projet ferroviaire, encore en phase d'études préliminaires, implique la démolition de 140 logements. En complément, des études d'urbanisme et de réaménagement du quartier sont menées sous la direction de la Ville de Genève, en collaboration avec les CFF et le canton.

Ces études prévoient la démolition de 210 logements supplémentaires, portant le total à 350 logements, dont 300 seraient reconstruits, selon des modalités qui seront déterminées principalement par la Ville, propriétaire de la majorité des parcelles. Dans tous les cas, aucune démolition n'est prévue avant l'horizon 2020. Des solutions de relogement seront mises en oeuvre pour l'ensemble des habitants concernés.

La gare de Genève Cornavin accueille aujourd'hui quelque 500 trains par jour. Avec la mise en service du RER franco-valdo-genevois, après inauguration du CEVA, la gare atteindra le maximum de ses capacités. Tout développement ultérieur de l'offre ferroviaire nécessitera deux voies supplémentaires en gare, permettant de fournir 40% de capacité en plus et de proposer une offre attractive à tout le bassin genevois au-delà de 2050. (ap)

Ton opinion