Mobilité - Les CFF veulent mieux suivre les usagers
Actualisé

BerneLes CFF veulent suivre davantage les usagers

Les Chemins de fer fédéraux veulent développer le suivi des voyageurs sur les quais et dans les passages souterrains. La protection des consommateurs qualifie cela de «critique».

par
jbm
Actuellement, des comptages sont effectués par des capteurs 3D dans trois endroits de la gare de Berne.

Actuellement, des comptages sont effectués par des capteurs 3D dans trois endroits de la gare de Berne.

DR

Quand vous vous baladez dans la gare de Berne, que ce soit pour prendre un train ou pour faire vos courses, vous risquez d’être enregistré électroniquement. Des capteurs stéréo 3D, disposés dans un passage souterrain et sur un quai, enregistrent les mouvements et les trajectoires des voyageurs, explique Sabine Baumgartner, porte-parole, dans le «Bund». Les capteurs produisent une image en trois dimensions vue d’en haut, qui enregistre uniquement le nombre et la position des personnes. Les personnes ne sont «pas identifiables» et les images ne sont «pas stockées», mais traitées directement en coordonnées. L’objectif est d’«évaluer» la sécurité sur les plateformes et d’améliorer le flux des personnes. Des flèches ont ainsi été posées pour canaliser les mouvements des passagers en gare.

Système appelé à se développer

La gare de la capitale n’est pas la seule à être équipée de ces capteurs. Quatre gares alémaniques abritent au total 17 points de mesure. Les CFF souhaitent étendre le système dès 2022 mais aucun endroit n’est encore choisi.

Pour le préposé fédéral à la protection des données, ce n’est pas un problème. Il souligne que les CFF n’enregistrent pas, «à notre connaissance», les données concernant les personnes. Par conséquent, le traitement est «sans effet sur la protection des données.»

Suivis à leur insu

La Fondation pour la protection des consommateurs a une autre analyse. Sa directrice, Sara Stalder, estime que le suivi va de «critique à très critique». Jusqu’à présent, il n’y a eu aucun retour d’information à ce sujet. Mais ce n’est pas surprenant: «La grande majorité des passagers ne sont pas au courant qu’ils sont suivis.»

Les CFF ont fait parler d’eux en matière de protection des données, principalement en raison des données personnelles qu’ils collectent via l’appli CFF ou le site internet. Les personnes qui utilisent le wi-fi gratuit dans les gares communiquent également leurs données de contact et d’utilisation. Toutefois, les CFF soulignent que le suivi ne permet pas de tirer de conclusions sur les individus. «La protection des données est respectée à tout moment», affirme ainsi la porte-parole.

Ton opinion