Actualisé 01.12.2017 à 20:23

SuisseLes CFF vont déplacer leur site de Bellinzone

L'ex-régie fédérale va déménager ses ateliers industriels du chef-lieu tessinois et réduire le nombre d'employés.

Keystone/Archives/Photo d'illustration

Les CFF devraient déplacer leurs ateliers industriels, basés à Bellinzone, sur un nouveau site. L'emplacement devrait rester dans les environs du chef-lieu tessinois. Les emplois seraient réduits de moitié, sans recours à des licenciements, selon les CFF.

Une déclaration d'intention sur la réalisation de ce nouveau site devrait être signée à la mi-décembre entre les CFF et le canton du Tessin, a confirmé jeudi le directeur général des CFF Andreas Meyer. Il s'est exprimé à Berne, à l'occasion de la rencontre annuelle des dirigeants de l'entreprise avec la députation tessinoise aux Chambres fédérales.

Si cet accord se déroule comme prévu, la construction du nouveau site devrait être finalisée pour 2026. Cela impliquerait une réduction du nombre de collaborateurs. «Dans ce cas, les effectifs devraient passer des quelque 400 actuels à 200-230», a confirmé vendredi à l'ats Patrick Walser, porte-parole des CFF.

«Mais il n'y aura aucun licenciement: une grande partie aura pris sa retraite d'ici 2026», a précisé M. Walser. «Les CFF procéderont également à des replacements internes». L'accord prévoit également une contribution de 100 millions de francs de la part du Tessin sur les 350 millions d'investissements prévus.

Site moderne

Les CFF planifient un site moderne dédié à la maintenance des trains de dernière génération, notamment les rames à grande vitesse «Giruno» pour le trafic international. Ces véhicules commenceront à circuler dès 2019 à travers le tunnel de base du Gothard, a expliqué le porte parole des CFF.

Plusieurs localités pourraient héberger les futurs ateliers. L'emplacement serait néanmoins maintenu «dans la région de Bellinzone», souligne M. Walser. Selon la conseillère nationale Roberta Pantani (Lega/TI), c'est le site industriel de Castione - au nord de la ville- qui serait en «pole position», a-t-elle affirmé vendredi au quotidien Corriere del Ticino.

En 2008, plus de 400 employés des «officine» tessinoises avaient mené une grève de trente-trois jours contre un plan d'austérité. Les CFF voulaient supprimer 126 emplois pour des raisons économiques. L'ex-régie envisageait de transférer l'entretien des locomotives à Yverdon (VD). Face à la grève et au soutien de toute la région, les CFF avaient fait machine arrière. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!