Conseil national: Les chauffages pour terrasses ont encore de l'avenir
Actualisé

Conseil nationalLes chauffages pour terrasses ont encore de l'avenir

Cantons et communes continueront à fixer eux-mêmes les règles concernant les chauffages pour les terrasses d'établissements publics.

Le Conseil national a refusé mardi d'interdire dans tout le pays ce type d'appareils lorsqu'ils utilisent des énergies non renouvelables.

Les nouvelles interdictions de fumer ont entraîné la multiplication d'installations utilisées pour chauffer les terrasses pendant la mauvaise saison. Les dispositions cantonales ou communales pour réglementer ce gaspillage se multiplient aussi, mais de manière désordonnée, a relevé Christian van Singer (Verts/VD), auteur d'une initiative parlementaire.

L'écologiste aurait souhaité interdire au niveau national ces «champignons chauffants», sauf ceux qui utilisent de l'énergie de récupération ou renouvelable. A Chiara Simoneschi (PDC/TI), qui s'inquiétait du risque de faire ainsi mourir les «pauvres fumeurs» de pneumonie, M. van Singer a répondu qu'ils pouvaient se munir d'une couverture, comme le proposent certains restaurants.

Mais la majorité bourgeoise a rejeté le projet de l'élu vaudois, par 124 voix contre 61, estimant, comme sa commission, que la législation en place est suffisante. Celle-ci permet en effet déjà aux cantons et communes de prendre les mesures nécessaires. De plus, le contrôle aurait posé problème. (ats)

Ton opinion