Les cheminots sont en colère
Actualisé

Les cheminots sont en colère

Deux jours après la publication du bénéfice des CFF et alors que les négociations salariales sont au point mort, le syndicat du personnel des transports (SEV) met en garde contre une détérioration des conditions de travail.

C'est la qualité et la sécurité des transports publics qui vont en pâtir, a relevé jeudi à Berne son président, le conseiller aux Etats Pierre-Alain Gentil (PS/JU). Pour marquer leur détermination, les cheminots vont marcher sur Berne le 23 septembre.

Salaires trop bas, horaires trop longs, indemnités en rade et protection contre les licenciements en lambeaux: le syndicat a mis en garde contre les effets négatifs que pourraient provoquer à long terme les nouvelles conditions de travail que les CFF voudraient imposer à leurs cheminots. En résiliant la convention collective de travail (CCT) ce printemps, les CFF «veulent économiser 5% sur le dos du personnel». Ce chiffre est inacceptable pour le SEV qui revendique une nouvelle CCT au moins équivalente à l'ancienne.

Pour Pierre-Alain Gentil, le dialogue ne fonctionne plus parce que la direction des CFF adopte une attitude de type «c'est tout ou rien». La prochaine réunion entre les partenaires sociaux est prévue pour ce vendredi, les suivantes doivent encore être fixées, a précisé François Gatabin, vice-président du syndicat.

Malgré un «joli bénéfice»

Or, cette volonté de démantèlement des acquis sociaux survient alors que les CFF profitent de la reprise économique et se portent très bien: sans les provisions pour la caisse de pension et les coûts de restructuration, ils réalisent «un joli bénéfice» au premier semestre 2006, a relevé le SEV. «Les CFF auraient meilleur temps d'utiliser l'énergie gaspillée ici pour gagner des parts de marché dans le transport des marchandises et pour optimiser l'offre dans le trafic voyageurs», a souligné Pierre-Alain Gentil.

Pour faire preuve de sa détermination, le SEV a appelé les employés des transports publics à une grande manifestation nationale qui aura lieu le 23 septembre sur la Place fédérale à Berne. Il attend 10.000 cheminots pour son action «Contre le démantèlement des transports publics». Il restera alors trois mois pour parvenir à un accord sur une nouvelle CCT, sous peine de voir un vide contractuel s'installer dès le 1er janvier 2007. (ap)

Ton opinion