Sciences: Les chenilles qui ont eu froid draguent plus
Actualisé

SciencesLes chenilles qui ont eu froid draguent plus

Certaines femelles de papillons se montrent sexuellement entreprenantes envers les mâles quand elles ont été exposées à des températures froides au stade larvaire.

LA sexualité des papillons a été passée au crible par les chercheurs.

LA sexualité des papillons a été passée au crible par les chercheurs.

C'est un exemple inhabituel de renversement des rôles sexuels.

En revanche, quand les chenilles de ces papillons se développent durant la saison chaude et humide, ce sont les mâles qui reprennent l'initiative de séduction.

«Le comportement sexuel de ces papillons est modifié par les températures durant leur développement», explique Kathleen Prudic, du département d'écologie et de biologie de l'Université Yale (Connecticut, nord-est), co-auteur de l'étude parue dans la revue «Science» datée du 7 janvier.

Ces chercheurs ont découvert ce phénomène en observant sur les ailes de certains papillons femelles de l'espèce Bicyclus anynana - des papillons africains très utilisés en recherche - de superbes ornements de forme oculaire, semblables à ceux des mâles.

Dans la plupart des espèces, seuls les mâles exhibent de tels ornements très colorés pour attirer les femelles qui choisissent leurs partenaires.

Les auteurs de cette communication ont théorisé que les comportements sexuels de ces papillons pourraient être modifiés en fonction des conditions dans lesquelles leurs larves se développent.

Les chercheurs ont alors testé le comportement de ces papillons dont les chenilles s'étaient développées dans une température chaude de 27 degrés ou plus froide de 17 degrés.

Et comme ils le pensaient, les femelles dont les larves ont évolué dans des températures plus froides étaient celles qui arboraient les mêmes ornements que les mâles et se montraient sexuellement entreprenantes.

Ces femelles élevées durant la saison froide et qui font une cour active aux mâles vivent plus longtemps que celles ayant eu un développement larvaire sous des températures plus chaudes et qui ont un rôle sexuel passif, note par ailleurs l'étude. (ats)

Ton opinion