«Les chiens ne sont pas des marchandises»
Actualisé

«Les chiens ne sont pas des marchandises»

Trop de vendeurs sans scrupules importent des chiens traumatisés non socialisés ou malades».

Le constat émane de la Protection suisse des animaux (PSA), qui a appelé hier les autorités à réglementer plus sévèrement l'élevage et la vente de chiens. L'organisation a dénoncé «une mafia qui a pris des dimensions intolérables». Les vendeurs proposent de jeunes chiens de toutes races, principalement d'Europe de l'Est, à prix cassés.

«Afin de pouvoir gagner de l'argent rapidement, les éleveurs et les intermédiaires ne prennent pas le temps d'élever les animaux», a expliqué Heinz Lienhard, président de la PSA. Généralement, les chiots sont séparés trop tôt de leur mère, après quatre semaines déjà. Ils sont revendus sur des parkings. Difficile de les empêcher d'entrer en Suisse, car ils sont souvent cachés dans des sacs.

Mark Rissi, auteur d'une enquête sur les trafiquants de chiens, a appelé les acheteurs à être prudents, notamment en matière d'annonces publiées sur Internet. Les vendeurs présentent souvent aux acheteurs de faux papiers d'origine et de santé. Certains chiens meurent déjà dans la semaine. D'autres, trop agressifs, finissent dans des refuges.

(ats)

Ton opinion