Actualisé

Suisse RomandeLes chômeurs genevois sont les moins bien lotis

Neuchâtel, Vaud et le Jura offrent 120 jours d'indemnités de plus que dans le canton de Genève.

par
Didier Tischler

Pour faire face à la crise, les cantons de Vaud, de Neuchâtel et du Jura ont obtenu du Conseil fédéral une prolongation temporaire du nombre maximal d'indemnités de chômage, qui ont passé de 400 à 520 jours. En décembre 2009, selon le Secrétariat fédéral de l'économie, le Jura comptait 6,3% de chômeurs, Vaud 5,9% et Neuchâtel 7,2%. Mais Genève, qui enregistre le même taux que Neuchâtel, n'a rien demandé à Berne.

«Nous disposons d'une politique spécifique et d'un budget important, de près de 100 millions de francs, pour des prestations favorisant le retour à l'emploi, justifie Bernard Favre, secrétaire général au Département de l'emploi et de la solidarité. Allonger la durée d'indemnisation de 120 jours ne ferait que retarder le droit à l'obtention de ces prestations et rendre plus difficile la réinsertion. Car un fait est certain: plus longtemps une personne est au chômage, plus difficile s'avère sa réinsertion.»

Augmenter le nombre d'indemnités tout en proposant des mesures anti-chômage ne semble pourtant pas incompatible. «Le budget vaudois pour les mesures de retour à l'emploi est de 88 millions, explique Frédéric Rouyard, du Département de l'économie. Compte tenu de la crise, le Canton a estimé raisonnable de demander la prolongation. Ces 120 jours de plus tiennent compte de l'allongement des recherches nécessaires et enlèvent un peu de pression psychologique aux 19 699 chômeurs vaudois.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!